Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Chambre de Commerce et de l’Industrie : Un bilan physique croissant de 5.68% entre 2017et 2018

Le bureau consulaire de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Burkina Faso a respecté son devoir de redevabilité le mardi 12 mars 2019 à Ouagadougou. Objectif, partager avec les professionnels des médias le bilan des activités de l’institution pour l’exercice 2018.

 

La Chambre de Commerce et de l’Industrie burkinabè est une force de proposition des secteurs du service, du commerce et de l’industrie auprès de l’autorité publique. L’une de ses missions est d’œuvrer à l’accompagnement de la transformation structurelle de l’économie burkinabè.  A ce propos, pour l’exercice clos 2018, le bilan physique de réalisation des activités est satisfaisant.

L’institution enregistre une performance de 79,68% au titre de l’année 2018. De façon pratique, on observe qu’au titre des actions réalisées, les sessions des instances enregistrent cinq rencontres du bureau consulaires, deux rencontres de l’Assemblée Générale et 46 réunions de commissions consulaires tenues. Au niveau de l’appui conseil et sensibilisation des acteurs économiques, environ 9.837 opérateurs économiques ont été bénéficiaires. Le traitement des marchandises totalise 5. 722.837 tonnes.

La dynamisation du programme de restructuration et de mise à niveau des entreprises par le BRMN compte 5 entreprises accompagnées et 14 plans de restructuration pour un coût global de 1.307.560.726 FCFA.  L’organisation de Africalia a enregistré 508 entreprises participantes, 8.000 rencontres effectuées. Pour les études réalisées, l’institution totalise 3 rapports d’études et 43 notes d’études monographiques produits.

Le Président de la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Burkina Faso, Mahamadi Savadogo a salué cette performance qui selon lui est le résultat d’une mise en œuvre constante et rassurante du Plan Stratégique de la Mandature (PSM) au bénéfice du secteur privé burkinabè. Il a ajouté que l’année écoulée a été particulièrement éprouvante pour le Burkina Faso et son économie au regard du contexte sécuritaire sous-régional et national. Nonobstant cela, la capacité de résilience des gouvernants et des acteurs économiques a permis de maintenir l’économie burkinabè sur les sentiers de la croissance a souligné Monsieur Savadogo.

Le Directeur Général de la CCI BF, Issaka Kargougou

 

2017-2018, un taux de réalisation 5.68%

Le Directeur Général de la Chambre de Commerce et de l’Industrie, Issaka Kargougou s’est quant à lui réjoui du niveau de réalisation au niveau des cinq axes stratégiques du PSM. Selon lui, un aperçu récapitulatif et comparatif du niveau d’exécution des années 2017 et 2018 laisse voir une sensible croissance. L’Axe 1 qui est ressorti à 73% d’exécution en 2017 est à 84,81% en 2018. L’Axe 2 est passé de 62% en 2017 à 69,12% en 2018. L’Axe 3 de 77% en 2017 à 85,99% en 2018. L’Axe 4 de 100% en 2017 à 93,57% en 2018. Enfin l’Axe 5 est passé de 59% en 2017 à 65,33%. Ce qui totalise une croissance de 5.68%.

Au titre des autres thématiques qui ont constitué l’essence des échanges l’on peut noter les rétablissements des relations avec la République Populaire de Chine, la faible participation des femmes aux activités du bureau consulaire, la construction d’abattoirs frigoriques dans les différentes régions et la problématique des méventes dans les industries.

Monsieur Mahamady Sanoh Elu Consulaire

 

Il ressort globalement que la reprise des relations avec la Chine n’a pas eu d’impact négatif. Au contraire, de nouveaux liens se sont créés et la CCI BF compte ouvrir une représentation en Chine pour renforcer les relations. Mieux plus de 2000 hommes d’affaires burkinabè travaillaient déjà avec la Chine avant le rétablissement des relations avec le Burina Faso. Pour la participation des femmes du secteur privé, le Directeur général, Issaka Kargougou a noté un désintérêt des femmes opératrices économiques à occuper des fonctions électives. L’institution continue le travail en amont à travers notamment le Forum des Femmes pour intéresser davantage celles ci.  Pour la construction d’abattoirs frigoriques pour stimuler le secteur bétail-Viande, une étude a été commanditée et les résultats sont attendus afin de procéder à la mise en œuvre de commun accord avec l’autorité étatique.

 

Bientôt une représentation en République Populaire de Chine

Concernant la crise des méventes au niveau du secteur industriel, Monsieur Mahamady Sanoh a relevé le fait que cette crise est  d’abord mondiale et régionale avant de souligner la nécessité de prise de décisions fortes pour contrer la fraude à l’entrée des marchandises. Les échanges se poursuivent avec les différents acteurs afin de trouver des solutions à moyens, court et long terme.

En attendant, 2019 mettra l’accent sur la réalisation des grands projets de la mandature tels le port sec multimodal de Ouagadougou, l’extension de Bobo Inter, l’achèvement des travaux de construction du parking pour véhicule poids lourds à Akassato entre autres.

 

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles