Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Centre Nationale de la Propriété Industrielle : Le concept de propriété intellectuelle expliqué aux journalistes

Le Centre Nationale de Propriété Industrielle a réuni le vendredi 24 juillet 2015 une quinzaine de journalistes. Objectif : Outiller les hommes de médias et les différentes agences de presse afin que ceux-ci puissent traiter convenablement des notions de propriété intellectuelle et celle de la contrefaçon au Burkina Faso.

4 Heures, c’est le temps qu’a duré l’atelier d’information et de sensibilisation des journalistes de la presse burkinabè sur les notions de la propriété intellectuelle et celle de la contrefaçon au Burkina Faso. Et pour M. Mahamadi Tassembedo, Chef du département des études, de la formation et du partenariat au CNPI, depuis plusieurs années, le CNPI et le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat mènent au quotidien des actions de sensibilisation et de formation à l’attention des différents secteurs d’activités a-t-il constaté. L’on s’est rendu compte poursuit-il, qu’un pan du système d’information est laissé aux oubliettes. Raison pour laquelle cette année nous avons jugé qu’il était bon qu’on puisse outiller les journalistes, les différents organes de presse afin qu’ils puissent traiter de manière convenable cette question de la propriété intellectuelle et partant de la notion de contrefaçon.

Centre Nationale de la Propriété Industrielle 11Deux modules ont constitué le plat de résistance des participants. Il a été question notamment de l’aperçu générale sur la propriété intellectuelle et de celui du phénomène de la contrefaçon au Burkina Faso.

Il ressort de cette journée de remise à niveau que, « La contrefaçon relève spécifiquement de la propriété intellectuelle. Elle constitue une atteinte à tous les types de droit de propriété intellectuelle: brevets d’inventions, marques, dessins et modèles industriels, obtentions végétales, droits d’auteur…La contrefaçon peut prendre diverses formes : reproduction, utilisation, copie, imitation, piratage, détournement, ressemblance d’une œuvre littéraire, artistique ou industrielle au détriment de son auteur…..Ce fléau s’apprécie selon les ressemblances entre les produits et non pour leurs différences.» Cela permet de comprendre au regard de l’actualité nationale, que toute saisie de produits ou consommable peut être un délit sans être une contrefaçon souvent décriée par la presse ou l’opinion publique. Au vue des conséquences dommageables que la contrefaçon peut provoquer en lien avec la sensibilité du maniement des expressions par les médias qui du reste constituent aussi des victimes potentiels, le CNPI a marqué sa disponibilité aux hommes de médias pour une franche collaboration.

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles