Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

Ce qui a marqué le secteur minier Burkinabè en 2015

• Mine de manganèse de Tambao, manifestation et arrêt des travaux

Suite à la marche meeting du vendredi 06 Février 2015 des populations de Markoye, elles ont saccagé les installations de la société minière Pan African Minerals, exploitante de la mine de manganèse de Tambao. Les causes de ce mouvement d’humeur seraient dues à la non prise en compte de certaines préoccupations des populations par la Société avant le démarrage de ses travaux d’exploitation.

• 2015, une année de rude épreuve pour True Gold

La société True Gold Mining a été confrontée en cette année 2015 à des manifestations sur son site minier de Karma dans la région du Nord. Ces manifestations ont non seulement ralenti les activités de la mine mais aussi causé d’énormes dégâts matériels d’environ 4 milliards de FCFA. Suite à des cadres d’échanges entre les populations riveraines du site, la société True Gold et l’Etat, les travaux ont repris début juin et les premiers lingots d’or sont attendus pour le premier trimestre de l’année 2016.

• Eboulement d’un site d’orpaillage à Djibo fait 12 victimes

Le secteur minier notamment l’orpaillage a été endeuillé suite à un éboulement dans un site d’orpaillage de DAYAMA le 05 août 2015 dans la Province du Soum faisant état de douze morts. Cet incident malheureux avait emmené le gouvernement burkinabè à prendre des mesures fermes pour le respect du décret d’interdiction de l’orpaillage pendant la période du 01 Juin au 31 Octobre 2015 dans les différentes régions du pays.

• Emeute à Essakane suite à un changement de prestataire

Le non renouvèlement du contrat arrivé à terme du prestataire « DJAMNATI » par la Société minière Essakane avait donné lieu à des actes de vandalisme sur certaines installations de la Société et celles de son nouveau prestataire « TECHNO SECURITY » par des populations riveraines. Malgré ces actes d’intimidation, le nouveau prestataire a pris du service car elle avait été retenue parmi plusieurs sociétés postulantes et s’était engagée à promouvoir l’emploi local.

• Transport de fonds : une attaque à main armée fait un mort

Des malfrats ont perpétré une attaque à main armée, sur un véhicule de transport de fonds de la société SAGAM en provenance de la mine d’or de Inata dans la province du Soum le vendredi 27 novembre 2015. Le bilan de cette agression était d’un mort et deux blessés du côté des vigiles chargés de convoyer les fonds.

• Les membres de la chambre des mines du Burkina en conclave pour une exploitation minière apaisée

Avec l’avènement de l’insurrection populaire au Burkina Faso en fin octobre 2014, le secteur minier était en proie à des crises de plusieurs natures rendant difficile son développement. Au regard de cette situation, les membres de la Chambre des Mines du Burkina se sont réunis en assemblée générale extraordinaire le vendredi 23 Janvier 2015 au siège de l’institution à Ouagadougou pour s’enquérir non seulement du quotidien des membres mais aussi pour établir une feuille de route afin d’entamer des actions pour la défense des intérêts moraux et matériels des membres de l’institution.

• Des autorisations d’exploitation pour le secteur minier

Durant l’année 2015, le gouvernement de la transition a examiné et adopté plusieurs décrets portant octroi et modification de permis d’exploitation industrielle de grandes mines au Burkina Faso. En effet, cinq (05) permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or ont été octroyés à cinq (05) sociétés minières à savoir KONKERA SA, HOUNDE GOLD OPERATION SA et ROXGOLD SANU SA et KIAKA Gold SA. Durant cette année 2015, le gouvernement de la Transition a également procédé à des modifications de décret de permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or de certaines sociétés minières en production en vue d’une extension géographique de leurs espaces d’exploitation. Il s’est agi du permis d’exploitation de Bissa-Zandkom de la société BISSA GOLD SA et de GRYPHON SA dans les Cascades.

• Programme d’activité 2015 de la chambre des mines du Burkina : plusieurs défis à relever

La Chambre des Mines du Burkina a tenu son premier Conseil d’Administration ordinaire de l’année 2015, le vendredi 30 janvier à son siège à Ouagadougou sous la direction de son président le Dr Elie Justin OUEDRAOGO. Ce premier conseil de l’année 2015 avait pour objectif d’examiner et d’adopter le programme et le budget des activités de l’année. A l’unanimité, les membres du Conseil ont adopté le programme budget annuel de la CMB qui se structurait autours des axes majeurs à savoir :
 Faire de la CMB une institution forte et efficiente ; Faire de la CMB un pôle d’accès à l’information et aux compétences pour la connaissance des questions minières ;
 Faire de la CMB un partenaire privilégie de tous les acteurs concernés par le développement socioéconomique du Burkina ;
 Faire mieux profiter la CMB des avantages de la coopération régionale et internationale ; Faire de la communication un puissant outil pour la réalisation des axes du plan stratégique de développement de la CMB.

• Atelier sur l’accès aux ressources minières dans la durée sans conflit en Afrique de l’ouest

L’Institut Supérieur des Sciences de la Population (ISSP) de l’Université de Ouagadougou a organisé du 03 au 04 février 2015 un atelier sur les problématiques liées aux ressources minières dans la région Ouest Africaine. Placé sous le thème : « Accès aux ressources en Afrique de l’Ouest : quelle durabilité et quelles conflictualités ? », cet atelier de deux jours s’est voulu un cadre d’échange et de réflexion pour une gestion transparente et efficace des ressources minières. La Chambre de Mines du Burkina a pris part à cet atelier en donnant une communication sur le thème du contrôle et de l’autorégulation dans le secteur minier Burkinabè.

• Le président Elie Justin OUEDRAOGO chez le président Shérif Sy
Le Président du CNT Shérif SY a accordé une audience à la Chambre des Mines du Burkina au siège du Conseil National de la Transition le jeudi 26 février 2015. Conduite par son président, le Dr Elie Justin OUEDRAOGO, la délégation de la CMB est allée échanger avec le président du CNT de l’actualité difficile du secteur minier et de la disponibilité de la CMB à participer aux discussions devant aboutir à l’adoption d’un nouveau code minier. Honoré par cette visite, le Président du CNT avait promis joindre la CMB aux cadres de discussion de sorte que le nouveau code minier soit au profit de toutes les parties prenantes du secteur.

chambredesmines.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles