Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Caisses populaires du Burkina : 165 milliards de F CFA mobilisés en 2014

Les caisses populaires sont en pleine expansion au Burkina Faso. Ces institutions de microfinance viennent en aide aux citoyens ayant du mal à s’offrir des services bancaires.

Le secteur de la micro-finance au Burkina Faso se caractérise depuis les années 60 par une multitude d’initiatives de type solidaire en milieu rural. Dès 1997, le Gouvernement du Burkina Faso a entrepris de favoriser le développement du secteur de la micro-finance au travers du Plan d’actions pour le financement du monde rural (PA/FMR). Mis en oeuvre de 2000 à 2006, le PA/FMR a été suivi par le Plan d’actions de la Stratégie nationale de micro-finance (PA/SNMF) adoptée en novembre 2005 pour ce qui est de la stratégie et en février 2006 pour son plan d’actions. La stratégie et le plan d’action ont été actualisés pour la période 2012-2016. En matière de microfinance, le Réseau des Caisses populaires du Burkina (RCPB) créée en 1972, fait office de leader. Il travaille à collecter l’épargne de ses adhérents et à la rétrocéder sous forme de crédits. L’administration et la gestion des fonds s’effectuent selon les règles et principes coopératifs, et s’organisent autour du réseau qui est structuré en trois niveaux. Il comprend les Caisses populaires (CP), guichets permettant au public d’effectuer ses opérations financières, les Unions régionales (UR) qui fédèrent ces entités à l’échelle des régions et la Fédération des Caisses populaires du Burkina (FCPB) qui coordonne l’ensemble au plan national. Parmi la clientèle des caisses populaires, on retrouve des commerçants, des agriculteurs, des artisans, des fonctionnaires et salariés du secteur privé, des entrepreneurs, des associations… Trois types de plan d’épargne leurs sont proposés : l’épargne nantie qui est utilisée comme garantie pour les prêts ; l’épargne volontaire qui permet aux membres d’accéder à une avance sur salaire et l’épargne à objectif destinée à divers projets (logement, soins de santé…). En 2014, les caisses populaires affichaient un bilan de 165 milliards de F CFA. En juin 2015, le réseau qui compte à ce jour plus de un million de membres dont une majorité de femmes, avait déjà collecté une épargne de 120 milliards de FCFA sur une prévision de 200 milliards ; selon Daouda Sawadogo, directeur général de la Faîtière des Caisses populaires au Burkina Faso.

Au regard de ces résultats, la Faîtière, l’organe de pilotage stratégique de ce réseau d’institutions de microcrédit, envisage de fonder avec six autres réseaux du Bénin, du Mali, du Sénégal et du Togo un établissement financier à caractère bancaire : la Financière de l’Afrique de l’Ouest (Finao).

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles