Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina : Vin local cherche consommateurs…

En cette période de fêtes de fin d’année, le vin coule à flot. S’il est vrai que le vin importé a toujours pignon sur rue, il n’en demeure pas moins que les Burkinabè s’intéressent de plus en plus aux productions locales. Le vin « made in Burkina » est généralement fabriqué à base de raisin sauvage, d’oseille, de bissap, de sorgho, de gingembre, de pain de singe,… Avec une teneur en alcool variant entre 10 et 30%, les connaisseurs s’en délectent…

Le vin à base de produits locaux trace ses sillons au Burkina Faso. « Les vins du Burkina » est l’un des opérateurs évoluant sur ce marché depuis 1994. L’initiative est de Christine Naré ; ancienne cadre du ministère de la santé. Ce vin tiré du sorgho, de l’oseille, des goyaves, du raisin sauvage, du pain de singe, du gingembre, du karité,… peut se conserver pendant plusieurs années après une hibernation de 12 mois. Certifiés par des laboratoires burkinabè, les « vins du Burkina » sont sans produits chimiques. Conditionné en bouteille de 33 cl et de 1 litre, ce vin coûte respectivement 500 et 1500 FCFA. La société productrice envisage aussi le conditionnement en sachet pour rendre le produit à la portée de tous.

A côté des « Vins du Burkina », on retrouve le « Vin laltere » ou « l’autre vin » en latin. Ce vin est uniquement préparé à base de raisins sauvages. Sa teneur en alcool est de 10 %. La bouteille de 1l coûte 1250FCFA. Aujourd’hui, le vin burkinabè doit gagner le pari de la compétitivité tant en matière d’emballage, de goût que de circuits de distribution. C’est un produit qui peut contribuer pour beaucoup à l’économie nationale car avec la progression des classes moyennes, le développement du tourisme et les modes de consommation des expatriés, le vin trouve de plus en plus d’acquéreurs. De nombreuses caves à vins fleurissent à Ouagadougou et dans d’autres villes du pays. Elles pourront être mises à contribution pour la vente du vin local au même titre que les grands crus internationaux.

Aimé Florentin BATIONO

ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles