Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina- France : Convergence de vues pour la relance des affaires

Les entreprises françaises sont décidées à accompagner le Burkina Faso dans sa dynamique de relance économique. A cet effet, sous la houlette du Mouvement des entreprises de France (MEDEF), une trentaine d’entre elles ont participé au forum d’affaires France-Burkina Faso du 26 au 28 septembre 2016 à Ouagadougou. Il s’agissait d’explorer les opportunités d’investissement entre les 02 pays. La rencontre s’est achevée sur un satisfécit général.

 

Avril 2016. Le président Roch Kaboré est en visite officielle à Paris. Il met son séjour à profit pour rencontrer le mouvement des entreprises de France, le principal syndicat du patronat français. L’enjeu est de taille. Une centaine d’entreprises françaises sont présentes au Burkina Faso. La France est également le 2e bailleur bilatéral d’aide au développement du Burkina Faso. La France est à ce jour le deuxième principal pays d’exportation du Burkina, après la Suisse. La valeur des exportations burkinabè à destination de la France a augmenté de 65 % en 10 ans, qui est passée de 26,4 milliards de FCFA en 2000 à 43,6 milliards de CFA en 2009. Les produits exportés vers la France sont principalement le coton, l’or non monétaire et les graines de sésame.
Après des années 2014 et 2015 particulièrement difficiles, le Burkina Faso a besoin du soutien de ses différents partenaires pour se relancer économiquement. Le chef de l’Etat invite alors les entrepreneurs français à venir prospecter au Burkina Faso. Ceux-ci acquiescent. Du 26 au 28 septembre dernier, en réponse à l’invitation présidentielle, une trentaine d’entre eux séjournent au Burkina Faso. En les accueillant, Elie Justin Ouédraogo, représentant le président du Conseil national du patronat burkinabè vante les mérites du Burkina Faso comme étant un « pays où le secteur privé joue pleinement son rôle de moteur de développement économique et social ». Tout en rassurant les investisseurs français sur les efforts déployés par le Burkina Faso pour renforcer son dispositif sécuritaire, le Premier Ministre Paul Kaba Thiéba insiste particulièrement sur l’attractivité du Burkina Faso et sur sa position stratégique. Selon lui, « Grâce à sa position au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina représente pour les entreprises une base idéale pour accéder aux marchés sous-régional et continental ».Le Chef du gouvernement égrè jne également quelques actions entreprises pour assainir le climat des affaires. Il s’agit entre autres de la réforme de la fiscalité, de la simplification des procédures de création d’entreprises à travers la mise en place du système informatisé de guichet unique, de la réduction du train de vie de l’Etat, … Tous ces efforts ont permis au Burkina Faso d’améliorer son classement Doing business en 2016. Il gagne 06 place et se positionne comme 2e pays réformateur de l’UEMOA et 4e de la CEDEAO. Les entreprises ayant pris part au forum d’affaires France-Burkina Faso du 26 interviennent dans les secteurs de l’eau, des infrastructures, du transport, de l’ingénierie, de la santé, des télécommunications, de l’éducation et de la formation. En fin de séjour, Bruno Mettling, président du conseil des chefs d’entreprises France-Afrique de l’Ouest de MEDEF international tire un bilan satisfaisant. « Nous avons rarement vu autant de cohérence, d’enjeux et de précisions dans la nature des plans de développement d’un pays. Le climat des affaires est favorable à l’investissement des entreprises françaises. Nous avons eu beaucoup d’échanges avec des entrepreneurs locaux avec le souci non seulement d’investir mais aussi de transférer le savoir-faire en vue de permettre le développement de la population. Le Burkina Faso est en mouvement et constitue désormais l’un des pays qui présentent un gros potentiel dans la sous région ». Toujours dans la logique de la relance économique, le premier ministre effectue du 03 du 07 septembre 2016, une visite de travail à Washington aux Etats-Unis. Cette visite se tient en prélude à l’organisation de la table-ronde des bailleurs de fonds de décembre prochain à Paris, sur le financement du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES). Dans cette optique, Paul Kaba THIEBA s’entretiendra avec le président du Groupe de la Banque Mondiale avant la tenue d’une séance de travail avec les experts de l’institution chargée d’organiser cette table-ronde.

 

 

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles