Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina Faso-Situation Economique : Une croissance de 8% attendue en 2017

Après les crises de 2014 et de 2015, le « Burkina Faso se porte mieux » à en croire le Premier Ministre Paul Kaba Thiéba, dans son adresse à l’Assemblée Nationale le vendredi 14 avril 2017, pour le traditionnel discours sur la situation de la nation.
 
 
Pour ce qui concerne l’économie nationale, l’on retiendra des points sur les actions gouvernementales, que «  le Burkina Faso est en marche ». Il se porte de mieux en mieux après les graves crises socio politiques de 2014 et de 2015. « Si vous me le permettez « Burkina Faso is back » a martelé M. Thiéba.
Pour illustrer ses propos le Premier Ministre, a indiqué que le pays va mieux parce que la croissance de l’économie nationale, en ressortant à 6,2% en 2016 est au potentiel, ce qui laisse augurer une croissance encore plus forte en 2017. Le pays redémarre avec la conception et le début de la mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) a-t-il ajouté
Il a expliqué qu’en 2016, l’économie nationale a su tirer profit d’une conjoncture extérieure favorable marquée par une remontée des cours des matières premières exportées, dont l’or en progression de 7,6%, le zinc en accroissement de 8,2%, le coton en hausse de 5,6% et un niveau bas du cours du baril de pétrole.
« Au plan national, les estimations font état d’une nette reprise de l’activité économique en 2016. Comme je l’ai indiqué précédemment, le taux de croissance du PIB se situerait à 6,2%, en amélioration de 2,2 points de pourcentage, comparé aux performances de 2015. Cette accélération sensible du rythme de la croissance découle principalement du rebond de l’activité dans le secteur primaire qui a enregistré une hausse de sa valeur ajoutée de 4,5%, d’une amélioration de l’activité dans le secondaire de 5,1% et d’une résilience du secteur tertiaire de 5,9%. »
Il ajoute que « Ces performances ont été enregistrées dans un contexte macroéconomique caractérisé par :
Une inflation en baisse, car le taux est ressorti à moins 0,2% (-0,2%) alors qu’il était de 0,9% en 2015,
Une légère amélioration de la balance commerciale de 6,5 milliards de FCFA,
une hausse des avoirs extérieurs de 45% et du crédit intérieur de 1,7%. »
Aussi, dans le domaine des finances publiques, la situation est caractérisée par une bonne orientation de la mobilisation des ressources et une amélioration dans l’exécution des dépenses publiques après deux années de ralentissement a résumé le premier Ministre.
Ce tout augurerait de bonnes perspectives économiques en 2017 pour le pays. Les perspectives de croissance de l’année 2017 restent favorables de l’avis de M.Thiéba. L’activité économique devrait toujours bénéficier d’une conjoncture internationale relativement favorable et d’un environnement interne propice, sous réserve d’un climat social apaisé.
Et le Premier Ministre de dire que c’est sous cette réserve, que le taux de croissance est projeté à 7,8% en 2017 en lien avec l’accélération de l’activité dans les mines, les manufactures, les BTP, les services, le secteur agro-sylvo-pastoral et l’énergie. Mieux, le profil de la croissance attendue en 2017 pourrait se renforcer et atteindre les objectifs du PNDES (+8,4%) sous l’impulsion de la bonne exécution dudit plan, notamment en matière d’investissements a-t-il précisé.
Cet exercice a pris fin avec des questions des parlementaires.
Lire le discours dans : Lire le discours
 
 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/ecodafrik.com

 
 
 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles