Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Burkina Faso : La Loi de finances rectificative affiche un recul de la croissance économique de 3,2 points de pourcentage en 2020

L’économie nationale et en particulier le budget de l’Etat a été lourdement impactée par la pandémie de la maladie à coronavirus. A en croire le ministre de l’économie et des finances, Lassané Kaboré, les effets de l’épidémie vont entraîner un recul de la croissance économique de 3,2 points de pourcentage en 2020, laquelle devrait se situer à 2,8% contre les 6% espérés.

De ce fait, la loi de finances rectificative pour l’exécution du budget de l’Etat exercice 2020, vise essentiellement à faire face aux effets de la maladie à coronavirus. En effet, elle présente, en recettes 2 038, 850 milliards de F CFA contre 2 233,316 milliards de F CFA initialement, en ressources propres 1 672,280 milliards de FCFA contre 1 894, 780 milliards de FCFA dans la loi de finances initiale. Ce, soit une baisse de 222,500 milliards de FCFA en valeur nominale et 11,74% en valeur relative, en ressources extérieures 366, 570 milliards de F CFA contre 338, 536 F CFA dans loi de finances initiale. Une augmentation de 28,033 milliards de FCFA en valeur absolue, et 8,28% en valeur relative. La loi rectificative, prévoit en termes de dépenses 2 507, 628 milliards de F CFA contre 2 518, 456 milliards de F CFA initialement, en dépenses courantes 1 644, 714 milliards de F CFA contre 1 642, 296 milliards de F CFA dans la loi de finances initiale, en dépenses de personnel 868 milliards de F CFA (sans modification), en dépenses en capital 862, 913 milliards de F CFA contre 876, 160 milliards de F CFA dans la loi de finances initiale. L’épargne budgétaire va s’élever à 27,565 milliards de F CFA contre 252,484 milliards de F CFA dans la loi de finances initiale, soit une baisse de 224, 819 milliards de F CFA correspondant à un taux de 89,04%.

En déficit budgétaire 468,778 milliards de FCFA contre 285,140 milliards de F CFA dans la loi de finances initiale,  soit une dégradation de 64,30%. Le déficit, rapporté au PIB nominal, se situerait à 5,31%.

Par ailleurs, en ce qui concerne les hôtels, on note une diminution de la TVA qui passe de 18% à 10% et une prise en charge de 70% des salaires des travailleurs déclarés. La loi rectificative prend également en compte les élections de novembre prochain. L’incidence financière des charges nouvelles induites par l’épidémie, s’élèverait à 394,05 milliards de FCFA.

En plus du lourd bilan humain, le caractère informel de l’économie et le manque de filets de protection sociale risquent de faire basculer plusieurs personnes dans la pauvreté, selon le ministre de l’économie des finances et du développement, Lassané Kaboré.

Juste Bancé (Collaborateur)

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.