Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Burkina Faso : Coris Bank International parmi les 30 banques africaines à fort impact régional (Classement FA)

Le mensuel Financial Afrik a rendu public son traditionnel classement FA des banques africaines à fort impact régional. Représenté par la Banque panafricaine Coris Bank International (CBI), le Burkina Faso s’affiche dans le classement à la 21ième place avant le Rwanda, la Côte d’Ivoire , le Mali, etc.

Le classement révèle que les actifs sont fonction de la démographie, du PIB, du degré́ d’industrialisation du pays d’origine, de son ouverture et de son insertion dans les chaines de valeur financière et industrielle mondiales.

C’est pourquoi les banques sud-africaines occupent les premières places du « classement FA » challengées par les marocaines, les nigérianes et les égyptiennes. A ces paramètres du pays d’origine s’ajoutent la fonction temps, fondamentalement liée à l’argent. Les conglomérats bancaires sud-africaines sont anges de 150 ans et plus et ont démontré́ la résilience de leur modèle. Dominatrices en termes de total bilan, les banques sud-africaines jouent néanmoins un rôle plutôt marginal sur le continent africain. Pourquoi donc cette frilosité́ à dépasser l’Afrique Australe et le fleuve Limpopo ?

Moins importantes par le total bilan, les banques marocaines sont loin devant les sud-africaines en termes de diversification géographique, ayant réussi à faire jonction entre la Méditerranée et l’OCEAN indien en s’aventurant de plus en plus hors de leurs bases francophones. Pour leur part, les banques nigérianes expérimentent des chevauchées solitaires prometteuses qui peinent à̀ prendre suffisamment pied dans la zone OHADA. La cession des filiales de Access Bank à Afriland First Bank en 2013 et des filiales de Diamond Bank au groupe NSIA en 2018 participent de ce constat, loin d’être isolé. Il y a une barrière entre le Nigeria et l’Afrique francophone. L’obstacle n’étant pas linguistique mais réglementaire. Il va falloir que le Nigeria rejoigne l’OHADA ou l’inverse.

L’autre tendance de fond relevé par ce travail de documentation et d’analyse est le retrait continu des banques anglaises et françaises du continent. La vente de Barclays en pièces détachées suivie du solde récent de quelques filiales de la BNP à l’homme d’affaires ivoirien Koné Dossongui ne doivent pas entre interprètes seulement sous le seul angle de la compliance et du durcissement de là législation américaine. Il s’agit surtout du constat fait par ces anciennes banques que leurs modèles naguère fondés sur l’accompagnement des entreprises et grands comptes des ex puissances coloniales en Afrique ont vécu. Une nouvelle configuration du secteur privé africain est en cours.

Le groupe BGFI et Afriland First Bank dans la zone CEMAC, Coris Bank International et NSIA Banque dans la zone UEMOA, Attijariwafa Bank, BCP et Bank Of Africa depuis leurs origines marocaines et United Bank For Africa, Zenith et Guaranty Trust Bank du Nigeria incarnent cette émergence d’un secteur bancaire africain exerçant sur plusieurs pays. Il s’agit là de vecteurs indispensables pour la montée des échanges interafricains. Car si les banques françaises et anglaises étaient construites sur des orientations verticales Nord-Sud, les banques « indigènes », confrontées aux barrières réglementaires des pays occidentaux, sont nécessairement inscrites dans une perspective horizontale et intégrationniste. Confrontées à un environnement réglementaire souvent difficile, ces banques africaines sont les acteurs du processus historique indispensable dans la construction d’un secteur privé dynamique et l’élargissement des classes moyennes. C’est pour ressortir l’importance de cette perspective horizontale que le classement de Financial Afrik a donné́ toute son importance au réseau pay.

Hervé Kakou (Collaborateur)

Ecodafrik

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles