Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina Faso : 1 380,4 milliards de FCFA de dette extérieure

Le 11 juin 2015, le Premier Ministre Isaac ZIDA était face aux députés du Conseil National de Transition (CNT) pour son discours sur la situation de la nation (DSN). Au nombre des points sur lesquels il était très attendu, figure la gouvernance économique et financière du pays. Il a évoqué un certain nombre d’acquis et de défis. Focalisons-nous aujourd’hui sur le contexte général dans lequel l’économie burkinabè a baigné en 2014.

Selon le Premier Ministre, l’activité économique s’est déroulée en 2014 dans un contexte international marqué par les tensions géopolitiques. Au plan national, elle a été influencée par la crise sociopolitique qui a atteint son paroxysme avec l’insurrection populaire d’octobre 2014 et la mauvaise pluviométrie. Ces facteurs ont induit un taux de croissance de 4% en 2014 pour une prévision de 5,5%. L’inflation, quant à elle s’est située à une moyenne de -0,3 % en 2014 contre 0,5% en 2013.

En fin décembre 2014, le Burkina Faso enregistrait un déficit global de 135,3 milliards de FCFA contre 210,9 milliards de FCFA, en 2013. Cette évolution s’explique par la contraction des recettes totales et dons (-8,4%) et celle des dépenses et prêts (-11,9%). Les dépenses totales et prêts nets, ont été exécutés à hauteur de 1 456,5 milliards de FCFA en 2014 contre 1 652,6 milliards de FCFA en 2013, correspondant à une diminution de 196,2 milliards de FCFA (-11,9%). Cette baisse s’explique principalement par la contraction des dépenses en capital (-327,4 milliards de FCFA.

En ce qui concerne la répartition budgétaire, le Premier Ministre révèle que 15,98% du budget a été consacré au secteur de l’éducation et 12,78% à celui de la santé pour des cibles respectives de 15,6% et 12,5%. L’encours de la dette publique s’est chiffré à 1 903,5 milliards de FCFA au 31 décembre 2014. Il est constitué de 1 380,4 milliards de FCFA de dette extérieure (72,5%) et de 523,1 milliards de FCFA de dette intérieure (27,5%). La dette extérieure est composée de dettes multilatérales (dues aux Institutions financières internationales comme le Fonds monétaire international et la Banque mondiale) et de dettes bilatérales (dues à d’autres pays). La dette intérieure elle, est constituée de titres (bons et obligations du Trésor). La dette du Burkina a augmenté de 78% entre 2000 et 2013.

Au niveau de la balance des paiements et de la monnaie, on note une amélioration de 115,4 milliards de FCFA. Le déficit du solde global qui était de 147milliards de FCFA en 2013 est en effet passé à 31,6 milliards de FCFA en 2014.

Le Premier Ministre précise que c’est au regard de la situation économique difficile après l’insurrection populaire que le Gouvernement a décidé de mettre en place un budget d’austérité qui s’établit en dépenses à 1 804,1 milliards de FCFA et en recette à 1 516,5 milliards de FCFA, avec un déficit de 287,6 milliards de FCFA.

Ce budget d’austérité, caractérisé par un ensemble de mesures sur la réduction du train de vie de l’Etat, accorde une importance particulière au financement des élections d’octobre 2015 dont l’enveloppe est estimée à 68 milliards de FCFA. Dans nos prochaines éditions, nous reviendrons sur le bilan des réalisations dans les différents secteurs économiques.

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles