Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina et sécurité au coeur du sommet-anniversaire de la Cédéao

Au Nigeria, la Cédéao célèbre ses 40 années d’existence. Pour l’occasion, un sommet des chefs d’Etat s’est tenu sur deux jours à Abuja, jusqu’au 17 décembre. Les chefs d’Etat ont largement évoqué les questions sécuritaires dans la région, mais aussi les élections présidentielles organisées en 2015. Un pays a été particulièrement cité à la tribune : le Burkina Faso.

Le Burkina, Mohamed Ibn Chambas, représentant du secrétaire des Nations unies en Afrique de l’Ouest, en a fait un exemple à suivre, un modèle de construction démocratique.

Souvent critiqué par ses pères depuis un an, le chef de l’Etat de la transition du Faso, Michel Kafando a été cette fois, félicité pour son action, notamment par le président de la commission de la cédéao, Kadré Désiré Ouédraogo.

« C’est le lieu pour moi de rendre un hommage mérité à son excellence Michel Kafando et à toute son équipe de la transition, pour la brillante conduite de cette transition, jusqu’à son terme. »

Le président Macky Sall, qui a été fortement critiqué, surtout isolé, disent certains, lors de sa gestion du coup d’Etat à Ouagadougou en septembre dernier, a lui aussi noté l’importance de la tenue d’élections apaisées.

« Le plus normalement du monde, des citoyens ont exprimé leur choix dans les urnes. Nous démontrons par là notre adhésion commune au principe démocratique universel en vertu duquel la légitimité du pouvoir émane du libre consentement des citoyens. »

Droit sur sa chaise, Michel Kafando, dont c’est sans doute la dernière sortie continentale en tant que chef d’Etat, n’a pas bougé d’un pouce. Sa mission se termine, les chefs d’Etat de la Cédéao attendent de pied ferme son successeur, le nouveau président élu Roch Kaboré.

■ Comment sécuriser la région ?

Macky Sall, dirigeant du Sénégal et président en exercice de l’institution, a souhaité qu’une réunion de travail se tienne à huis clos pour aborder les questions sécuritaires dans la sous-région. A la sortie, très peu d’informations ont circulé. On sait seulement que les présidents ont évoqué la question de la burka. Certains souhaitent l’interdire dans tout l’espace Cédéao mais rien n’a été, pour le moment, décidé. Avant cette rencontre au secret, Macky Sall s’est exprimé sur ces questions de sécurité, appelant notamment les pays de la région à s’unir contre le terrorisme.

Face à cette logique de la mort, il nous faut rester unis et solidaires dans l’action.
Macky Sall, président de la Cédéao

Guillaume Thibault
rfi.fr

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles