Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina : Célébration de la journée mondiale des légumineuses sous le thème des légumineuses au service de systèmes alimentaires durables

De l’arachide, du vouandzou ou pois de terre et du niébé

La communauté internationale célèbre le 10 Février de chaque année, la journée mondiale des légumineuses. Cette année, elle est placée sous le thème « Les légumineuses au service de systèmes alimentaires durables et d’une alimentation saine». C’est dans ce cadre que le ministre en charge de l’Agriculture, Salifou Ouédraogo, s’est entretenu avec la presse le 10 février 2021 mais aussi par rapport aux  résultats définitifs de la campagne agricole 2021-2022.

La célébration de la journée mondiale des légumineuses vise à réaffirmer l’immense contribution des légumineuses à l’agriculture durable et à la réalisation du programme de développement durable à l’horizon 2030 et particulièrement à promouvoir le développement des chaines de valeur des légumineuses. Au Burkina Faso, les principales légumineuses produites sont le niébé, le vouandzou ou pois de terre, l’arachide, le soja, les lentilles locales ou zamnè, le mung bean. A l’issue de la campagne agricole écoulée, il a été enregistré une production de 704 539 tonnes de niébé, 74 647 tonnes de voandzou, 98 513 tonnes de soja et 630 526 tonnes d’arachide.

La production définitive des cultures céréalières est estimée à 5 179 104 tonnes, pour la période de consommation 2020-2021. Cette production est en hausse de près de 5 % par rapport à la dernière campagne agricole. «Cet accroissement de la production céréalière est essentiellement lié à l’amélioration des rendements.», explique le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo.

Cette production céréalière dégage un excédent brut de 109 321 tonnes avec un taux de couverture des besoins céréaliers au niveau national de 104 %.

Cependant, on note des disparités au niveau provincial quant à la couverture des besoins céréaliers. En effet, 15 provinces sont déficitaires, 09 provinces en équilibre et 21 provinces excédentaires. Un déficit céréalier qui s’explique par l’insécurité civile et les déplacements de populations. Pour faire face à cette situation, les points de vente de céréales aux personnes vulnérables seront réactivés d’ici le mois de mars.

Par ailleurs, il ressort particulièrement que la production de riz, estimée à 451 421 tonnes est en hausse respectivement d’environ 20 % et 30 % par rapport à la campagne précédente et à la moyenne quinquennale.

La production globale des autres cultures vivrières (niébé, voandzou, patate et igname) est évaluée à 967 931 tonnes.

Estimée à 1 810 289 tonnes, la production des cultures de rente est en hausse respective de plus de 17 % et de 31 % par rapport aux résultats de la campagne agricole précédente et à la moyenne quinquennale. La production cotonnière est estimée à 696 636 tonnes. « Pour la campagne agricole 2021, nos objectifs de production se chiffrent à 5 990 117 tonnes pour les céréales, 1 736 489 tonnes pour les produits de rente, 989 023 tonnes pour les autres produits vivriers », précise le ministre en charge de l’agriculture.

 Le ministre en charge de l’agriculture Salifou Ouédraogo

Le Burkina Faso a également bénéficié de la FAO du projet pilote intitulé «Appui au développement des légumineuses dans les régions du Nord et du centre nord ». Cette intervention a permis de dynamiser la chaine de valeur des légumineuses dans les localités concernées, mais surtout d’élaborer un programme national de développement des légumineuses (PNDL), composé de 4 composantes, pour un budget d’environ 14 838 850 000 F CFA, pour une période de 5 ans (2019-2023).

 

Sombéwendin Micheline Thiombiano/Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles