Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Burkina : 171,4 milliards de FCFA d’importations/ mois contre 92,9 milliards d’exportation/ mois en 2013

Burkina : 171,4 milliards de FCFA d’importations/ mois contre 92,9 milliards d’exportation/ mois en 2013

Aujourd’hui, nous nous intéressons au commerce international du Burkina Faso à travers ses exportations et importations 2013. Les statistiques du commerce extérieur sont élaborées à partir des déclarations douanières, produites par la Direction de l’informatique et des statistiques (DIS) de la Direction générale des douanes du Burkina Faso. Le fichier de déclarations douanières, lorsqu’il est mis à la disposition de l’institut national de la statistique et de la démographie (INSD), est traité avec le logiciel Eurotrace, système de gestion des bases de données permettant l’intégration, la gestion et le traitement des données ainsi que leur restitution.

L’économie du Burkina est dépendante de la production agricole, des exportations d’or (dont la production a atteint un niveau record au cours des trois dernières années) et de celles de coton (longtemps le principal produit d’exportation). Selon l’INSD, l’activité économique au Burkina Faso est demeurée dynamique en 2013 malgré une croissance moins forte que l’année précédente. En effet, la croissance économique se situe à 6,9 % en 2013 contre 9 % en 2012. Le repli de la croissance en 2013 s’explique par la baisse de l’activité minière en liaison avec le faible niveau des cours de l’or sur le marché international. Les principaux secteurs moteurs de la croissance économique sont l’agriculture et les mines.

Balance commerciale structurellement déficitaire

Au niveau du commerce extérieur, le Burkina Faso présente un solde structurellement déficitaire. L’écart entre les exportations et les importations s’est accentué au fil du temps. Les statistiques de l’INSD en disent long. En 2012, le solde commercial est estimé à -635,7 milliards contre -130,6 milliards en 2011. Au cours de l’année 2013, le solde bat un nouveau record, se dégradant à -894,5 milliards de FCFA soit une dépréciation de 40,7 %. Cette dégradation du solde commercial s’explique par une faible progression des exportations et une hausse importante des importations. En effet, les exportations de biens stagnent depuis 2011, passant de 1110,5 milliards à 1111,5 milliards en 2012, pour finalement atteindre seulement 1162,5 milliards FCFA en 2013. Les importations connaissent par contre une croissance annuelle toujours plus fortes. Elles sont passées de 1 214 milliards en 2011 à 1 747,2 milliards en 2012 et se positionnent à 2 057 milliards FCFA, en 2013 soit une forte progression de 17,7 % entre 2012 et 2013.

Faiblesse du tissu industriel national

Près de neuf dixièmes des exportations concernent les produits utilisés pour l’approvisionnement industriel. Ces produits sont principalement l’or non monétaire et le coton, matières premières non transformées, dénotant d’une faiblesse du tissu industriel national ou de sa compétitivité. Un niveau de développement industriel plus élevé pourrait non seulement contribuer à transformer ces produits localement et accroître leur valeur ajoutée à l’exportation, mais aussi permettre de disposer sur le marché local de produits de consommation substituables aux importations.

Principaux produits d’exportation et d’importation

L’or non monétaire reste de loin en 2013 le principal produit d’exportation du Burkina Faso et ce depuis 2009. Il a contribué à hauteur de 63% des exportations avec une valeur de 732,8 milliards de FCFA. Cependant, les exportations d’or enregistrent une baisse de près de 73 milliards de FCFA, soit -9% en valeur relative entre 2012 et 2013. Le coton conserve la seconde place depuis 2009 dans les produits d’exportation pourvoyeurs de devises au Burkina Faso. En effet, en 2013, avec un volume de 271,2 milliers de tonnes (contre 183,6 milliers
de tonnes en 2012) pour un montant de 216,8 milliards de FCFA (contre 149,9 milliards de FCFA en 2012), il représente en valeur relative 18,7 % (contre 13,5%, en 2012) des recettes totales d’exportation, en nette progression. Ces recettes sont en hausse continue depuis 2008. Les graines de sésame avec 79,6 milliards de FCFA arrivent derrière le coton en 2013 suivies des fruits à coques (noix de cajou, avocats, mangues, goyaves, légumes,…) frais ou secs qui contribuent respectivement aux recettes d’exportations à hauteur de 6,8% et 2,2 %.
Selon l’INSD, au cours de l’année 2013, les « huiles lubrifiantes, autres huiles lourdes et préparations de pétrole » sont restées le premier produit importé par le Burkina Faso. En effet, avec une valeur de 465,4 milliards de FCFA (contre 403,5 milliards de FCFA en 2012), elles représentent 22,6% (contre 23,1% en 2012)
de la valeur totale des biens importés. Elles sont suivies de très loin par les médicaments pour la médecine humaine ou vétérinaire avec 4,2 % des importations pour un montant de 87,2 milliards de FCFA. Ensuite viennent les voitures automobiles à tous moteurs pour le transport des personnes avec 2,7% des importations. Les ciments hydrauliques (2,6%) et les engrais (2,3%) se succèdent par la suite.
La moyenne mensuelle 2013 observée pour les exportations est de 92,9 milliards de FCFA (92,6 milliards de FCFA en 2012) contre 171,4 milliards de FCFA (145,6 milliards de FCFA en 2012) pour les importations. On observe une stagnation des exportations et une tendance générale à la hausse des importations du Burkina Faso en 2013.Ceci entraine une forte détérioration de la balance commerciale.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.