Connecte-toi avec nous

Finances

   |

BUDGET DE L’ETAT GESTION 2016 : Ministères et institutions défendent leurs projets

Du 13 au 20 juillet 2015, les ministres et les présidents d’institutions avec leurs délégations examinent avec le ministère de l’Economie et des Finances la revue à mi-parcours du budget 2015 et les avants projets de budget de l’Etat, gestion 2016.

les ministres et les présidents d’institutions avec leurs délégations ont examiné, du 13 au 20 juillet dernier, ont passé en revue l’état d’exécution du budget gestion 2015 et examiné le projet de budget de chaque ministère et institution dans le cadre global de l’élaboration du projet de loi de finance à transmettre en début septembre 2015 au Conseil national de Transition (CNT). Amina Bila/ Bambara, ministre en charge du budget, a décrit les conditions dans lesquelles l’exécution du budget 2015 s’opère. Selon elle, le niveau actuel de la mobilisation des ressources est insuffisant, marqué en cela par les remous sociopolitiques en cours dans le pays. La crise actuelle aurait exacerbé une situation qui risque de ne pas s’améliorer d’ici 2016. Pour Madame la ministre, avec niveau actuel de mobilisation des ressources, « beaucoup de choses sont en train d’être compromises ». Raison de plus pour elle de rappeler aux ministères et institutions l’option stratégique prise par le gouvernement de « rationner les dépenses et les charges de l’Etat » et d’inviter des institutions comme le CES à jouer pleinement leur partition pour que la situation sociopolitique du Burkina Faso s’améliore. Dans les faits, les investisseurs privés internationaux et nationaux étaient prêts à se lancer dans l’action économique mais les derniers évènements ont encore refroidi leurs ardeurs. il y a lieu de tirer la sonnette d’alarme pour que chacun prenne conscience de la gravité de la situation, a-t-elle indiqué. Pour le reste, deux principaux points sont à retenir dans l’élaboration du budget 2016. Le premier, c’est l’examen à la fois du volet dépenses ordinaires et investissement des ministères et institutions. Le second ce sont les priorités définies par le gouvernement. Outre les questions de sécurité et de gouvernance, le budget 2016 accorde une place très importante aux secteurs de l’éducation, la santé et l’emploi. Selon Amina Bila, le prochain gouvernement peut changer les priorités mais elle doute fort que ses choix s’éloignent de ceux définis par le gouvernement de la Transition.

Mounbarak SILGA
Ecodufaso/groupe ecodafrik

Légende
1- Amina Bila, ministre chargée du budget qui dirigeant les séances

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles