Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Budget de l’Etat exercice : Le Burkina Faso vise une croissance de 6,4% en 2019

Le secrétaire général du MINEFID, Seglaro Abel Somé a présidé la conférence

 

 

Le ministère de l’économie des finances et du développement a animé le 23 janvier 2019, une conférence publique sur le budget de l’Etat, exercice 2019. Les grandes lignes de ce budget ont été présentées par les grandes directions du département.

Adopté le 18 décembre 2018 à l’Assemblée nationale, le budget exercice 2019, se chiffre à 1 954,564 milliards de francs CFA en recettes et 2 213,290 milliards FCFA en dépenses. Soit un déficit budgétaire de 258,72 milliards F CFA.

Les recettes propres se chiffrent à 1697 milliards F CFA contre 1 503, 652 milliards F CFA en 2018, soit un accroissement de 196, 717 milliards F CFA, en valeur nominale et 13,08% en valeur relative. Elles sont constituées essentiellement de recettes fiscales qui représentent 89,04% du total en 2019 contre 87,38% en 2018.  Ces recettes représentent 86,82% des recettes totales du budget de l’Etat contre 83,72% en 2018 ;  80 ,66% en 2017 ;  66,15% en 2016 et 60,66% en 2013 traduisant ainsi les efforts du gouvernement à couvrir de plus en plus les charges du budget de l’Etat par les ressources propres.

Les dépenses du budget de l’Etat se chiffrent à 2 213,318 milliards  F CFA en 2019, contre 2191, 933 milliards F CFA pour 2018. Elles sont constituées de dépenses courantes pour 1580,175 milliards FCFA et de  dépenses en capital pour 633,114 milliards FCFA correspondant à des  parts relatives de 71,39% et 28,61%. Ces parts relatives étaient de 47,96% et 52,02% en 2013 ; 52,81% et 47,19% en 2017 et 55,05% et 44,95% en 2018.  Une prédominance  des dépenses courantes dans le budget 2019, qui s’explique essentiellement par l’évolution des dépenses de personnel, qui sont passées de 334,36 milliards FCFA en 2013 à 700 milliards F CFA en 2018, puis à 835 milliards FCFA en 2019 a laissé entendre Vieux Abdoul Rachid Soulama.

Une vue des participants

 

L’épargne budgétaire ressort à 116, 82 milliards F CFA, contre 127, 77 milliards FCFA en 2018 soit une baisse de 10,95 milliards CFA.  Le déficit budgétaire se chiffre à 258,72 milliards FCFA contre 396, 01 milliards en 2018, et 498,66 milliards en 2017, soit une amélioration de 158, 32 milliards FCFA.  Le déficit sera couvert par les annonces d’appuis budgétaires et des emprunts obligataires. Rapporté au PIB,  le niveau du déficit est de 3% en conformité avec la norme communautaire.  En vue de pallier ce déficit, il s’avère donc nécessaire d’accroître les recettes et de maitriser les dépenses a souligné le directeur général du Budget, Abdoul Rachid Soulama.

La dette contractuelle du Burkina au 31 décembre 2018 s’élève à environ  3 270, 97 milliards de F CFA. «Cette dette est composée d’environ 60% pour la dette extérieure et 40% pour la dette intérieure. Comparativement à 2017, l’encours de la dette enregistre un accroissement d’environ 18%. Le taux d’endettement est à 38, 58% en 2017 pour un seuil au niveau de l’UEMOA de 70% maximum. Les prévisions pour faire face à ces dettes en 2019 sont de l’ordre de 115 milliards de F CFA, dont 24 milliards de F CFA pour la dette extérieure et 90 milliards de F CFA pour résorber la dette intérieure » explique le directeur de la dette publique, Boukary ZOANGA.

Par ailleurs, il est ressorti au cours des échanges que le pays  pourrait connaître un taux de croissance de 6,4% en 2019. Selon le Directeur général du budget, Abdoul Rachid Soulama, l’activité économique nationale a connu de 2014 à 2018, une bonne orientation, malgré la conjoncture extérieure difficile. Le taux de croissance du PIB, en termes réels, a régulièrement progressé de 5,4%, variant entre 3,9 et 6,6%. Cette croissance a principalement été soutenue par l’industrie extractive avec l’exploitation aurifère.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles