Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Budget de l’Etat 2017: 2 036 milliards en recettes, 2 455 en dépenses, 418 recherchés

Les députés burkinabè ont adopté, jeudi 15 décembre 2016, à 78 voix pour, 37 abstentions, 10 voix contre, le projet de loi de finances gestion 2017 de l’Etat. Il se chiffre en recettes à plus de 2 036 milliards de FCFA et en dépenses à un peu plus de 2 455 milliards de FCFA. Il se dégage un déficit de près de près de 420 milliards de FCFA.

 

Entamés la veille, les débats sur le projet de loi de finances 2017 de l’Etat se sont achevés le jeudi 15 décembre 2016. Les députés dans leur majorité ont donné leur aval au gouvernement pour mettre en œuvre les activités prévues pour 2017. Sur 125 députés, 78 ont voté pour, 37 dont ceux du groupe parlementaire Union pour le progrès et le changement (UPC) se sont abstenus et 10, tandis que ceux du Congrès pour le développement et le progrès (CDP) ont voté contre.

Le projet de loi adopté se chiffre en recettes, à 2 036 301 664 000 FCFA et en dépenses à 2 455 193 114 000 FCFA. Il se dégage ainsi, un déficit de 418 891 450 000 FCFA. Le déficit budgétaire devraient être comblé par le marché financier sous régional et l’élargissement de l’assiette fiscale interne.

De l’avis du président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, «ce budget est ambitieux. En ce sens qu’il met l’accent sur les investissements à réaliser».

Il ressort que 52, 01% du budget soit environ 1 277 016 582 000 FCFA sont consacrés aux investissements. «Dans l’histoire du Burkina, le budget n’a pas alloué autant de fonds pour les investissements. Habituellement les prévisions n’ont jamais dépassé 500 milliards de francs CFA», a ajouté Salifou Diallo.

Pour sa part, la ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori, elle a expliqué que ce budget permettra de booster l’économie burkinabè. «Lorsque vous voyez les priorités qui sont définies dans ce budget, ce sont des secteurs porteurs de croissance. Il s’agit de la transformation dans le secteur de l’agriculture, le secteur de l’énergie, le secteur des infrastructures», a indiqué Mme Coulibaly.

Dans le budget adopté, plusieurs milliards de francs CFA sont prévus pour les structures en charge du secteur de l’éducation. Ces fonds serviront à la construction de 73 établissements préscolaires, de 70 nouveaux collèges d’enseignement post primaire, de 10 centres de formation technique et professionnelle, de trois lycées professionnels. Il est aussi envisagé la construction de 64 nouveaux lycées, de trois lycées techniques régionaux, la normalisation de 1 450 écoles à trois classes et la construction en matériaux définitifs de 160 écoles sous paillotes.

La deuxième session parlementaire de l’Assemblée nationale a été ouverte en fin septembre dernier. Cette session consacrée au budget, tire vers sa fin. Et l’adoption du budget de l’Etat était l’un des actes les plus attendus.

Alfred KANON
ecodufaso.com / ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles