Connecte-toi avec nous

Développement

   |

BRACED Burkina Faso : 11 milliards de francs cfa pour faire de la résilience une réalité


Le Burkina Faso dispose d’un nouvel outil pour la résilience de ses vulnérables populations, son nom : BRACED. De l’anglicisme Building Resilience and Adaptation to Climate Extremes and Disasters in Burkina Faso (Renforcement de la résilience des communautés face aux phénomènes climatiques extrêmes et aux catastrophes au Burkina Faso en français), ce programme a été lancé ce vendredi 27 février 2015 à Ouagadougou.

Selon le représentant de Christian Aid pour le Sahel Yacouba Koné, BRACED est « le fruit de la volonté du ministère britannique pour le développement international (DFID) d’accompagner les pays du Sud pour une amélioration des conditions de vie des populations vulnérables, mais aussi le résultat d’une confiance entre les membres des consortia et cette institution ». Ces consortia, ce sont plusieurs partenaires au développement mais les principaux sont Christian Aid et welt Hunger hilfe. C’est à eux que revient la tâche de mettre en œuvre le programme dans les quatre régions du pays que sont le Nord, le Centre nord, l’Est et le Plateau central.

Toucher 1 288 villages à terme


Le programme est prévu pour s’étaler sur 36 mois. Et à terme, 1 288 villages devront en tirer les dividendes. « Plus de 11 milliards de fcfa seront investis pour la résilience d’environ 2 millions de personnes, femmes et hommes, dans plusieurs activités de promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et d’amélioration des revenus des ménages », précise monsieur Koné. Pour lui, il s’agira entre autres de la diversification des productions agricoles et de l’amélioration de l’accès à l’information climatique, de mettre un accent particulier sur les femmes et les jeunes filles dont la vulnérabilité n’est plus à démontrer, à travers des initiatives visant à promouvoir leur accès à la vulgarisation agricole, de renforcer la collaboration entre les structures de recherche et de développement du Nord et ceux du Burkina Faso.


Selon André Yaméogo, chargé de mission au ministère de l’agriculture, des ressources halieutiques, de l4assainissement et de la sécurité alimentaire représentant le ministre, « Ce programme aura une approche qui se veut participative et responsabilisante, qui permet aux communautés, elles- mêmes de travailler à l’identification des solutions adaptées, ou de renforcer leurs capacités à faire face aux chocs climatiques. Cela est fort appréciable et déterminant car aucune solution extérieure ne pourra mieux contribuer à changer nos situations internes. » C’est pourquoi à la suite de M. Koné, il a appelé à une franche collaboration de tous pour qu’à l4heure du bilan, le Burkina Faso soit cite comme modèle de résilience.

Samuel Somda
Lefaso.net

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles