Connecte-toi avec nous

Non classé

   |

Bourse New York: Wall Street recule, signaux inquiétants pour la croissance

Wall Street restait dans le rouge à la mi-séance lundi, rafraîchie par le début sans éclat de la saison des achats de fin d’année aux Etats-Unis et des statistiques décevantes en provenance d’Asie et d’Europe: le Dow Jones perdait 0,28% et le Nasdaq 1,31%.

Vers 17H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average, qui avait terminé à un nouveau record vendredi, reculait de 49,07 points, à 17’779,17 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 62,98 points, à 4728,65 points.

L’indice élargi S&P 500 baissait de 0,74% ou 15,29 points à 2052,27 points.

« C’est un jour difficile pour tous les noms liés à la distribution », a commenté Michael James de Wedbush Securities.

« Les actions du secteur ont beaucoup augmenté en novembre et après le week-end du Black Friday pendant lequel les ventes en ligne se sont bien tenues mais pas vraiment celles des magasins physiques, les investisseurs en profitent pour engranger des profits », a-t-il estimé.

Cette opération promotionnelle lancée le jour de Thanksgiving et marquant traditionnellement le lancement de la période des fêtes de fin d’année n’a pas fait le plein cette année: selon la Fédération américaine des détaillants, les dépenses des consommateurs ont reculé de 11% par rapport à 2013.

Plusieurs grands noms de l’informatique sont particulièrement touchés, à commencer par Apple qui perdait 2,74% à 115,67 dollars après avoir chuté de plus de 6% en début de séance.

Le spécialiste de produits électroniques grand public Best Buy chutait de 5,43% à 37,27 USD.

Amazon reculait de 3,26% à 327,61 USD. Le groupe assure avoir triplé les ventes de ses tablettes Kindle Fire et quadruplé celles de ses liseuses Kindle à l’occasion de « Black Friday ». Il n’a toutefois jamais divulgué aucun chiffre sur les volumes de ventes de ses produits.

Wal-Mart, le leader mondial de la distribution, lâchait 0,99% à 86,67 USD.

Les indices de la place new-yorkaise se retrouvent aussi sous la pression de données alimentant les inquiétudes sur la croissance mondiale.

En Chine, deuxième consommateur mondial d’or noir, l’activité manufacturière a ralenti en novembre à son plus faible rythme de croissance depuis huit mois.

Dans la zone euro, le secteur manufacturier a lui continué à stagner sur la même période, affaibli par les contractions enregistrées dans les trois principales économies de la région, Allemagne, France et Italie.

Aux Etats-Unis, l’industrie manufacturière a également légèrement ralenti en novembre, dépassant toutefois les prévisions des analystes qui tablaient sur un recul plus marqué.

« L’état d’esprit des investisseurs est aussi fragilisé par l’abaissement de la note du Japon par (l’agence de notation) Moody’s », ont souligné les spécialistes de Charles Schwab.

REBOND DE L’OR NOIR

PepsiCo cédait de son côté 0,06% à 100,04 USD. Le groupe a procédé à des remaniements au sein de sa direction, avec la promotion du président de l’Europe, Enderson Guimaraes, comme responsable de toutes les activités opérationnelles du groupe (boissons, snacks…).

Le géant des semi-conducteurs Intel, qui a annoncé l’acquisition de l’entreprise canadienne de sécurité informatique PasswordBox, baissait de 0,60% à 37,02 USD.

Selon des informations de presse, les micro-processeurs de la société remplaceraient ceux du groupe Texas Instruments (-1,01% à 53,87 USD) dans la prochaine version des Google Glass.

Les majors pétrolières ExxonMobil (+1,30% à 91,72 USD) et Chevron (+1,49% à 110,49 USD) rebondissaient un peu dans le sillage des cours du pétrole.

Berkshire Hathaway s’appréciait de 0,61% à 149,59 USD. La holding de l’homme d’affaires Warren Buffett a acquis pour 750 millions de dollars d’actifs du groupe de services pétroliers suisse Weatherford.

Le groupe de biotechnologies Gilead Sciences, qui a autorisé pour les pays en développement une version générique de son traitement expérimental contre le VIH, le Tenofovir Alafenamide (TAF), gagnait 0,50% à 100,82 USD.

Le marché obligataire évoluait sur une note contrastée. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,190% contre 2,194% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans augmentait à 2,919% contre 2,910%.

afp/fr
romandie.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles