Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Bolloré s’associe à CHEC et CMA CGM pour conquérir le terminal à conteneurs du port de Kribi

Le Premier ministre camerounais, Philémon Yang, a signé le 31 octobre 2014, la décision portant publication des résultats de la présélection des candidats devant participer au dialogue de pré-qualification, pour la concession du terminal à conteneurs du port en eau profonde de Kribi, dans la région du Sud. Deux entreprises et un consortium sont dans les starting-blocks.
Il s’agit de la société philippine ICTSI, qui est également en lice pour la concession du terminal polyvalent du port de Kribi avec Necotrans ; d’APM Terminals, basée aux Pays-Bas, qui est déjà actionnaire de Douala International Terminal (DIT), le concessionnaire du terminal à conteneurs du port de Douala ; et d’un consortium conduit par Bolloré Africa Logistics, le groupe industriel français qui contrôle déjà la gestion de plusieurs terminaux à conteneurs en Afrique sub-saharienne.
Pour conquérir la concession du terminal à conteneurs du port en eau profonde de Kribi, le groupe Bolloré s’est allié à la China Harbour Engineering Corporation (CHEC), l’entreprise chinoise qui a construit ledit terminal et qui pourrait construire le second à la suite d’un nouveau financement chinois ; et à CMA CGM, un armateur bien connu dans les ports africains.
Ces alliances contractées par le groupe Bolloré, notamment celle avec le chinois CHEC, confie une source autorisée, découle des nouvelles exigences faites par le gouvernement camerounais dans un nouvel appel d’offres restreint, discrètement envoyé aux soumissionnaires du premier appel d’offres lancé en février 2014, mais qui a été tout aussi discrètement annulé au mois de mars 2014.
En effet, apprend-on, après cette annulation, l’Etat camerounais a intégré dans le nouvel appel d’offres, dont la date limite de dépôt des dossiers de soumission était fixée au 30 septembre dernier, une clause engageant les soumissionnaires à construire le 2ème terminal à conteneurs du port en eau profonde de Kribi, sur une longueur de quai de 700 mètres, contre 350 mètres seulement pour le premier.
Eu égard à cette clause de dernière minute, fait remarquer une source proche du dossier, l’entreprise chinoise CHEC ayant déjà contribué à la négociation des financements pour la construction du 2ème terminal, devenait ainsi un maillon essentiel, un partenaire incontournable pour les prétendants au contrat de concession du premier terminal à conteneurs du port en eau profonde de Kribi.

Brice R. Mbodiam
Agence Ecofin

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles