Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

BHP Billiton espère obtenir d’ici mai 2015 l’accord de ses actionnaires sur son projet de scission

Graham Kerr (photo), le directeur général désigné pour la nouvelle compagnie à naître à la suite de la scission en deux de BHP Billiton, a indiqué lundi en marge d’une conférence de presse sur la signature d’un accord d’approvisionnement de 10 milliards de rands entre le groupe et l’entreprise Hulamin, spécialisée dans la production de l’aluminium, que le processus de création de la nouvelle entreprise devrait connaitre une étape décisive avec le vote annoncé des actionnaires au mois de mai 2015.

Le 19 août 2014 dernier, on apprenait que BHP Billiton allait créer une nouvelle entité indépendante valorisée autour de 15 milliards $, et qui serait constituée d’actifs non stratégiques hérités de la fusion avec Billiton, afin de se concentrer sur ses activités les plus rentables. On retrouve parmi ces actifs jugés non stratégiques, le charbon d’Afrique du Sud, mais aussi les activités dans les secteurs du manganèse et de l’aluminium.

Une initiative qui n’est pas isolée. Face à une conjoncture internationale et des contextes locaux difficiles, les dirigeants des entreprises minières font face à des sollicitations diamétralement opposées mais d’égales importances. D’un côté, il y a la hausse des coûts opérationnels et la pression qu’elles exercent sur les marges, et de l’autre côté, il y a les investisseurs qui exigent des dividendes plus importants.

Dans une note adressée aux investisseurs du Johannesburg Stock Exchange, Adrew Mackenzie, le directeur général du groupe minier a donné des indications sur les orientations du plan de scission. Il sera d’une part question d’améliorer la productivité dans l’exploitation du cuivre, dont les volumes vont demeurer importants, même s’il faudra faire avec les défis de la réduction des pourcentages de teneur et la difficulté d’accéder facilement à l’eau et à l’énergie.

D’autre part, il sera question d’améliorer les volumes et de réduire durablement les coûts dans la production du charbon. A la clé, les dirigeants de BHP Billiton veulent porter sa profitabilité annuelle à 4 milliards $, tout en réduisant les coûts opérationnels de 14,8 milliards $ à 13 milliards $ vers la fin 2016.

Pour ce qui est de la scission proprement dite, M. Mackenzie explique que 12 des actifs les plus importants et qui ont généré 96% de des résultats opérationnels du groupe en 2014 seront mis ensemble et la nouvelle entreprise s’occupera d’une trentaine de produits, ce qui permettra, selon lui, de bien répartir les coûts et d’optimiser sur les rendements.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles