Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Bazem’se : Une griffe, un style, plusieurs ambitions !

Depuis près d’une vingtaine d’années, Sébastien BAZEMO alias Bazem’se explore les moindres détails de la mode. Styliste modéliste burkinabè, il conçoit la mode comme un univers infini de possibilités.

C’est en 1993, aux bords de la lagune ébriée, à Abidjan, en Côte d’Ivoire que l’histoire commence. Bazem’se s’essaie à la couture auprès de son oncle. Il va par la suite parfaire ses connaissances au cours Figaro avant d’ouvrir son propre atelier, en 1999, dans la capitale ivoirienne. Aujourd’hui, Bazem’se est un grand créateur de mode au Burkina Faso où il s’est installé depuis 2004.
Sa spécialité, ce sont les coupes « Dames ». Pourquoi ? « Parce que les femmes aiment toujours s’habiller « CLASSE ». Moi j’adore tout ce que femmes aiment. En fait, j’avais remarqué que la plupart des commandes que je recevais, provenaient essentiellement des femmes. Et je me suis dis qu’il était mieux donc de mettre l’accent sur la couture féminine. » Même s’il met l’accent sur les tenues des dames, Bazem’se conçoit des modèles pour tous. « Tout le monde est le bienvenu chez Bazem’se » précise-t-il.

Bazem’se2Pour ses créations, le styliste modéliste utilise principalement la matière locale et le coton bio (tissu local sans composante chimique). Il croule sous le poids des prix et autres distinctions. Il a ainsi obtenu le premier prix YEHE (Aiguille d’Or) à Abidjan en 2000, le
premier prix au Concours de Jeunes Stylistes à Afric Collection au Cameroun en 2007… Bazem’se participe régulièrement à des défilés de mode au plan national et international : FESPACO, FIMA, CLASS Fashion, carrousel de la mode, etc.
En 2007, Bazem,sé a crée son propre défilé de mode: Folies de mode. Cet évènement annuel offre l’opportunité aux amoureux de la mode de découvrir les talents des créateurs africains.

Les ambitions de Bazem’se sont d’exceller davantage dans son secteur, de former la relève, de faire occuper à la mode africaine toute la place qui lui revient sur l’échiquier international. C’est pour cette raison qu’il multiplie des initiatives comme Folies de mode. Il en appelle à l’accompagnement des premières autorités : « Je souhaite que les autorités politiques et administratives burkinabé continuent de soutenir les stylistes et qu’ils les encouragent dans la production locale par le port des tenues locales. Il appartient à nos autorités de donner l’exemple. Si ceux-là même qui doivent servir d’exemple préfèrent importer les tenues occidentales, malgré le coût, que ferions-nous maintenant de notre production nationale ? » Une interrogation qui doit amener à réfléchir.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles