Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Banque Mondiale : Plus de 574 milliards de F CFA mobilisés à Oslo

Le mécanisme de financement mondial (GFF) a annoncé le 06 novembre 2018, un total de 1.005.000.000 US$ soit plus de 574 milliards de F CFA de contributions. Ce financement provient de la Fondation Bill & Melinda Gates, du Burkina Faso, du Canada, de la Côte d’Ivoire, de la Commission européenne, du Danemark, de l’Allemagne, du Japon, de Laerdal Global Health, des Pays-Bas, de la Norvège, du Qatar et du Royaume-Uni.

Le milliard d’US$ engrangé à Oslo pour le Fonds fiduciaire du GFF devrait être associé à 7.5 milliards d’US$, environ 4290 milliards de F CFA supplémentaires de l’IDA/BIRD pour la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents. Il aidera le partenariat du GFF à progresser dans sa démarche qui vise à s’étendre à l’ensemble des 50 pays aux besoins les plus importants et à transformer la façon dont la santé et la nutrition sont financées. Avec les engagements annoncés ce 6 novembre, un total de 1.005 milliard d’US$ a été levé pour la période du réapprovisionnement qui s’étend de 2019 à 2023, visant à mobiliser un total de 2 milliards d’US$ soit plus de 114 milliards de FCFA pour une expansion du GFF à un total de 50 pays.

Par ailleurs, dix nouveaux investisseurs viennent de rejoindre le Mécanisme de financement mondial depuis le lancement de son processus de réapprovisionnement. Il s’agit du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Danemark, de la Commission Européenne, de l’Allemagne, le Japon, du Laerdal Global Heath, des Pays-Bas, du Qatar et d’un donateur anonyme.  Ils rejoignent les bailleurs de fonds existants, c’est-à-dire, la Fondation Bill & Melinda Gates, le Canada, MSD for Mothers, la Norvège et le Royaume-Uni, pour financer le GFF.

Le Pays des hommes intègres a réaffirmé son engagement à consacrer au moins 15% de son budget annuel pour améliorer la santé. Selon le Président Roch Marc Christian Kaboré, la raison d’être du GFF est l’appropriation nationale à travailler avec les pays pour établir des priorités et favoriser la mobilisation des ressources nationales. Durant son séjour, il « a plaidé de façon convaincante pour que les pays soient aux commandes et investissent leur propre argent et, renforce la priorisation de l’allocation des ressources pour les secteurs sociaux de base, en particulier, le secteur de la santé ».

La Côte d’Ivoire, elle, s’est engagée à accroître son budget de santé à raison de 15% par année. Quant au Nigeria, il  s’est réengagé à investir annuellement 150 millions d’US$ de son budget pour financer la santé et la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents.

Le GFF a été fondé en 2015 par la Banque mondiale, les Gouvernements du Canada et de la Norvège, les Nations Unies et d’autres partenaires. Agissant en tant qu’éclaireur pour un financement novateur des ODD, le GFF aide à aborder le programme inachevé de la santé et de la nutrition des femmes, des enfants et des adolescents et à combler le déficit de financement.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue