Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Autorité supérieure de contrôle d’Etat : Douze contrôleurs d’Etat jurent …

Autorité supérieure de contrôle d’Etat : Douze contrôleurs d’Etat jurent de sauvegarder les biens publics

Douze contrôleurs d’Etat ont prêté serment le mercredi 11 novembre 2015 devant la Cour de cassation à Ouagadougou. Ils se sont engagés à promouvoir et à renforcer la bonne gouvernance au Burkina Faso.

ASCEC’est dans une atmosphère solennelle que les douze contrôleurs d’Etat ont pris chacun, l’engagement devant la présidente de la Cour de cassation, d’accomplir loyalement et avec intégrité leurs missions. C’était le mercredi 11 novembre 2015 à Ouagadougou. Tous issus de profils différents avec des compétences avérées, ils auront pour rôle d’assurer le contrôle interne en accord avec les inspections techniques des services. La présidente de la Cour, Thérèse Traoré/Sanou, a souligné qu’afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle dans la lutte contre la corruption, la fraude et les malversations financières, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat (ASCE) est investie du pouvoir de saisir directement la justice, des infractions commises par les agents publics. C’est ainsi qu’elle a rappelé aux nouveaux contrôleurs que le serment n’est pas une simple formalité devant le peuple mais plutôt un engagement très ferme durant toute la mission qui leur est confiée. Avec la nomination de ces ressources humaines qui s’est faite sur la base de leur probité, de leur intégrité mais aussi de leurs compétences professionnelles et de leurs fortes expériences dans la vie publique, à entendre le chef du gouvernement, Yacouba Isaac Zida, l’ASCE doit pouvoir mener à bien ses missions dans la satisfaction du peuple burkinabè. « L’ASCE est désormais une institution de la République. Elle connaît de ce fait un meilleur ancrage institutionnel et cela va donc renforcer son autorité », a reconnu M. Zida. En outre, l’ASCE portera maintenant le nom de l’Autorité supérieure de contrôle de l’état et de lutte contre la corruption. Selon le contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibriga, la demande au sein de l’ASCE était très forte et ne permettait pas aux 20 contrôleurs qui y étaient déjà engagés à faire face à l’ensemble des obligations qui leur sont demandées. Mais avec cette arrivée, son institution va pouvoir mener des actions qui sont définies par la loi organique. « Avec cette loi, il y aura deux nouvelles catégories de personnel avec les assistants vérificateurs qui vont accompagner les contrôleurs d’Etat et les enquêteurs chargés de mener des investigations», a noté M. Ibriga.
Lorsque tous les contrôleurs d’Etat prêteront serment, ils seront un effectif de 35 au niveau de l’ASCE et seront armés à promouvoir la transparence et l’amélioration de la performance de la gestion du secteur public.

Afsétou SAWADOGO
sidwaya.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles