Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Aube nouvelle : Désormais partenaire de l’université George Mason…

Aube nouvelle : Désormais partenaire de l’université George Mason des Etats-Unis

George Mason university, vous connaissez ? Non ? Eh bien, c’est une université américaine qui compte à peu près 34 000 étudiants venant de 130 pays différents. Et depuis le 24 juin passé, le Burkina Faso s’est ajouté à la liste de ses partenaires à travers la convention signée à Ouagadougou entre sa représentante, le Pr Elavie Ndura, et le président de l’université Aube nouvelle, Isidore Kini, qui a mené un véritable combat. Comment le contact a été établi ? Récit N ous sommes en décembre 2015. Le président directeur fondateur de l’université Aube nouvelle, Isidore Kini, se rend au pays de l’Oncle Sam pour une mission bien précise : prospecter des établissements américains pour bénéficier de leurs riches expériences. C’est ainsi que sa traversée le conduit dans trois structures différentes du pays.

Il découvre notamment dans l’Etat de Virginie l’université George Mason qui compte à peu près 34 000 étudiants venant de 130 pays différents et où on compte 170 filières (licence, maîtrise, doctorat en plus d’une école doctorale). Là, il est reçu par le Pr Elavie Ndura (experte en formation des formateurs dans l’enseignement, experte en enseignement et recherche de la paix, ainsi que la prévention et la gestion des conflits, experte aussi dans l’enseignement de la méthodologie des langues étrangères).

Après lui avoir exposé l’objet de sa présence, il l’invite à découvrir son établissement pour mieux se faire une idée. Et c’est avec plaisir que celle-ci se rend à Ouagadougou en février dernier pour le 2 e colloque scientifique de Aube nouvelle. L’occasion est alors belle pour recueillir toutes les données nécessaires en discutant avec les étudiants, les professeurs, et même les secrétaires. Egalement, le Pr Elavie s’intéresse à la qualité de l’enseignement et au processus d’accréditation du CAMES (Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur) dont bénéficie Aube nouvelle.

Convaincue de la sincérité, des initiatives et des ambitions du PDF, notre « chercheuse », une fois aux Etats-Unis, recommande à son président d’accepter le partenariat. Et elle n’hésite pas à affirmer «qu’il existe beaucoup d’hommes intelligents, mais pas beaucoup de Kini ». « C’est un homme intègre qui a une vision et un objectif à atteindre », souligne-t-elle avec beaucoup de conviction. Voilà qui nous conduit donc à ce jour, vendredi 24 juin 2016, date de la signature de convention entre ces deux figures.

D’aucuns se demandent sûrement pourquoi le PDF parcourt le monde à la recherche de partenariat et surtout, à qui cela profite. Eh bien chers lecteurs, la réponse à cette dernière question tient en deux mots : les étudiants. En effet, ils pourront bénéficier des enseignements des professeurs venant de ses établissements, ce qui va élever le niveau de leur formation à celui des normes internationales. De plus, il y a des possibilités de stages et de bourses pour effectuer des recherches dans les pays partenaires. Et selon le PDF, même les enseignants pourraient eux aussi bénéficier d’un séjour pour étudier l’expérience pédagogique dans ces différentes institutions.

Zalissa Soré
Source: L’Observateur Paalga, n° 9147 du 28 juin 2016

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles