Connecte-toi avec nous

Finances

   |

Assurance sur les prêts bancaires : La Ligue des consommateurs dénonce une hausse des primes


Le président de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) a animé un point de presse, le vendredi 7 juillet 2017, à Ouagadougou pour informer le public burkinabè de l’augmentation des primes d’assurance sur les prêts bancaires et interpeller les autorités sur la question.

assurance-sur-les-prets-bancaires-la-ligue-des-consommateurs-denonce-une-hausse-des-primes_59629b6306f75_l250_h250Depuis un certain temps, les primes d’assurance sur les prêts bancaires ont connu une hausse. Une augmentation qui suscite colère et désapprobation chez les associations des consommateurs burkinabè. Ainsi, à travers un point de presse qu’il a animé, le vendredi 7 juillet 2017 à Ouagadougou, le président de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB) Gilbert Hien Somda s’est attaqué vertement aux sociétés d’assurance.
Selon lui, il y a environ un mois de cela que les sociétés d’assurance appliquent de nouvelles tarifications sur les primes et prêts bancaires. Cette décision, a-t-il fait remarquer, n’a pas été prise dans les règles de l’art et foule aux pieds les droits du consommateur. D’après lui, ce n’est pas normal de mettre en application une telle mesure sans que les clients des banques ne soient préalablement avisés. « Ce que nous déplorons dans cette situation, c’est le fait qu’il n’y a pas eu de communication préalable », S’insurge -t-il. M. Somda dénonce l’application de cette décision des assureurs qui, du reste, pense-t-il, dénote d’un mépris total vis-à-vis du consommateur.
Il s’est insurgé également contre cette hausse démesurée des primes dont les taux varient du double au triple, voire au quadruple au niveau de certaines compagnies d’assurance. «J’ai rencontré un opérateur économique dans une banque hier (ndlr 6 juillet) qui a dit qu’il est venu contracter un prêt de 20 millions et on lui a dit qu’il va payer une prime d’assurance de 5 millions FCFA. Finalement, il a dit au banquier d’attendre d’abord», a révélé Gilbert Somda. Chiffres à l’appui, il a montré comment les assureurs veulent piller les consommateurs. Par exemple, le taux est passé de 0,12% à 0,348% pour la tranche d’âge de 30 ans qui désire contracter un prêt bancaire remboursable dans l’intervalle d’une année. Notons en outre que ces taux varient d’une compagnie d’assurance à une autre.
A l’écouter, les membres de sa structure veillent au grain et lui filent toutes les informations y relatives. «Suite à des dénonciations faites par les membres de la LCB au sein des banques, nous avons vérifié et nous nous sommes rendus compte que les assureurs du Burkina se sont entendus pour augmenter les primes d’assurance sur les prêts bancaires», a-t-il indiqué. Pour lui, il n’est pas question d’appliquer de nouveaux tarifs sans informer au préalable les clients.
Absence de communication
Ainsi, a-t-il expliqué, ceux qui désirent contracter des prêts auprès de leurs banques sauront à quoi s’en tenir. Les propos du président de la LCB laissent entrevoir que les banquiers sont aussi opposés à la mesure. Malgré cela, a-t-il poursuivi, les assureurs sont restés inflexibles sur leur décision. Et les banquiers redoutent fort bien que certains de leurs clients renoncent aux prêts.
A en croire Gilbert Hien Somda, les responsables de l’association professionnelle des assureurs du Burkina refusent de communiquer. Il a dit tenter d’avoir leur version des faits en vain. «Lorsque nous avons eu cette information, nous nous sommes approchés de l’association pour chercher à comprendre pourquoi cette pratique. Mme Bationo que nous avons eue au téléphone nous a répondu qu’en réalité il n’y a rien de grave parce que c’est tout simplement une application des textes qui régissent le fonctionnement des assurances. Ce qui nous étonne, pourquoi si c’est une simple application des textes, il n’y a pas eu une communication préalable», a-t-il assuré.
Pourquoi c’est maintenant qu’on applique ces textes sans aucune explication ? S’est-il interrogé. Plus étonnant que cela puisse paraître, se désole-t-il, les assureurs ne veulent pas que les banques divulguent ces informations au public. La conséquence est que des gens continuent de s’endetter jusqu’au cou, en ayant à l’esprit que leurs prêts sont régis par les anciens textes. «Tous ceux qui sont en train de se ruer actuellement vers les banques pour contracter des prêts bancaires pensent que les primes d’assurances sont demeurées comme elles étaient auparavant», a soutenu le président de la LCB. Mettre au courant les clients sur ces nouvelles tarifications est un impératif, selon lui. «Parce que lorsqu’ils vont s’endetter actuellement, au moment du remboursement ils se rendront compte que les annuités sont élevées. En ce moment c’est trop tard pour eux», s’est-il inquiété.

Ouamtinga Michel ILBOUDO
sidwaya

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles