Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Assurance maladie universelle : 25% de la population devrait être couverte

Trois organismes de gestion ont été délégués pour la couverture des personnes indigentes

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie Universelle (CNAMU) a signé une convention avec trois ONG partenaires, le 22 octobre 2019. Une signature qui marque le démarrage des prestations du régime d’assurance maladie universelle (RAMU). 

Il s’agit entre autres des ONG ASMADE, de RAMS et d’APIL.  Ce sont ces trois organismes de gestion qui ont été délégués pour la couverture des personnes indigentes pour le régime d’assurance maladie universelle, dans 4 régions du Burkina, à savoir la Boucle du Mouhoun, le Nord, les Hauts-Bassins et le Centre.

Pour le Directeur Général de la CNAMU, Yves Justin Kinda, il s’agit de déléguer certaines fonctions d’assurance maladie comme le prévoit la loi à des organismes de gestion qui ont déjà une grande expérience sur le terrain de prise en charge des dépenses des Burkinabè.

L’Assurance Maladie Universelle (AMU) va atteindre 70 000 personnes. Le rôle de l’assurance maladie, c’est de mutualiser les ressources pour que les Burkinabè se soignent à moindre coût et qu’ils aient accès à des soins de qualité, a confié le Directeur Général de la CNAMU, Yves Justin Kinda.

Léa Boly/Kamboulé, au nom des partenaires confie « Nous pensons que nous serons à la hauteur pour que les indigents soient pris en compte et que leur besoin soit satisfait. Notre rôle sera la mobilisation sociale des indigents qui sont déjà ciblés et mobilisés pour qu’ils puissent adhérer aux mutuelles de sensibilisation qui existent dans leur localité ».

Directeur Général de la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie Universelle , Dr Yves Justin Kinda (en face)

Au terme de l’assurance maladie universelle au moins 25% de la population devrait être couverte a précisé le Directeur Général de la CNAMU, Yves Justin Kinda.

L’assurance maladie universelle a pour objectif d’apporter à tous les Burkinabè une protection financière contre les dépenses catastrophiques de santé. Les statistiques nationales montrent en effet que les dépenses de santé constituent l’un des facteurs de basculement dans l’extrême pauvreté dans notre pays. Par conséquent, le Président du Faso a décidé de faire de ce chantier un des objectifs phares de son mandat et c’est à ce titre que l’AMU est inscrite dans le Plan national de développement économique et social.

Juste Bancé (Collaborateur)
Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles