Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Appui aux collectivités territoriales: la Banque mondiale appelle le gouvernement à honorer son engagement

Le comité de pilotage du Programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT) s’est réuni le vendredi 10 juillet 2015 à Kombissiri dans la province du Bazèga dans le cadre de sa 6e session ordinaire, pour examiner les résultats acquis dans la mise en œuvre de la composante C dudit Programme.

Apporter une réponse au déficit de capacités des collectivités territoriales, exposées à de nouvelles charges du fait des transferts des compétences, tel est l’objectif qui a motivé le gouvernement burkinabè à élaborer le Programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT). A un an de la fin de la première phase du programme, les acteurs se sont retrouvés à Kombissiri dans la province du Bazéga le vendredi 10 juillet 2015. Il a été question pour eux, d’examiner les résultats acquis dans la mise en œuvre de la composante C du programme qui, aux dires du président du comité de pilotage, Youma Zerbo, n’est pas toujours connue des membres. Il a précisé que cette composante vise, entre autres, l’amélioration des liens d’obligation de rendre compte entre les autorités communales et les citoyens. Appréciant l’état d’avancement du programme, il a affirmé qu’en ce jour, il est à un taux d’exécution financière de 73% et cela, malgré les difficultés rencontrées avec la dissolution des conseils municipaux suite aux événements du 30 et 31 octobre 2014. M. Zerbo a, par ailleurs, salué la clairvoyance du bailleur de fonds (Banque mondiale) qui a permis de réadapter les fonds aux nouveaux contextes du pays. Au Burkina Faso dans le cadre d’une mission de supervision, le représentant de la Banque mondiale, Serdar Yilmaz, à l’issue des rencontres avec les autorités locales et les bénéficiaires, s’est dit impressionné par la situation du PACT. Il a rappelé l’importance du programme dans le renforcement de la prestation des services de base du pays. Tout en insistant sur la mise en place d’une feuille de route devant conduire à plus de responsabilisation des collectivités dans la gestion de ces services qui ont, selon lui, un grand impact sur la réduction de la pauvreté, il a appelé le gouvernement à honorer l’engagement pris par leur prédécesseur pour le recrutement des 1000 agents communaux en vue de renforcer la capacité en ressources humaines des communes. «Le problème de ressources humaines constitue un grand obstacle au développement local, alors un investissement dans le personnel communal est primordial», a-t-il indiqué. D’une durée de cinq ans (2012-2016) la première phase du programme, d’un montant de trente milliards de francs CFA, couvre 140 communes dans les six régions administratives du pays que sont : Centre-Sud, le Centre-Est, le Centre-Nord, le Sahel, les Cascades et le Plateau central.

Donald Wendpouiré NIKIEMA
nikdonald@yahoo.fr
sidwaya.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles