Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Approche HIMO : Résorber le chômage des jeunes pour un développement…

Approche HIMO : Résorber le chômage des jeunes pour un développement durable

L’approche haute intensité de main d’oeuvre (HIMO) est préconisée par le Bureau International du Travail (BIT). Initialement, elle visait à maximiser l’utilisation de la main-d’œuvre dans les petits travaux en milieu rural. Elle a souvent été synonyme de petits travaux à basse productivité et temporaires en réponse aux crises. Ainsi, l’approche était-elle quasi exclusivement envisagée comme moyen « d’occuper » la main-d’œuvre, sans prêter suffisamment d’attention aux résultats du travail. Dans ce contexte, elle a fait l’objet de nombreuses critiques. Le BIT a, par la suite orienté sa coopération vers des programmes durables, du point de vue technique ainsi qu’économique. Après 2011, prenant conscience de l’importance de l’emploi des jeunes pour la stabilité du pays, le Burkina Faso, e,ngagé sur la voix des travaux HIMO depuis les années 1980, s’est doté d’une politique Nationale de Protection Sociale avec pour finalité de mettre en place un dispositif liant la protection sociale à l’emploi afin d’éviter de réagir de manière ponctuelle aux crises. Le programme 3 de cette politique est axé sur la « mise en œuvre de programmes HIMO afin de réduire la vulnérabilité des populations les plus pauvres par la garantie d’une sécurité minimale de revenus et en favorisant l’accès au marché du travail. » L’approche HIMO vise la construction d’infrastructures avec la participation des populations bénéficiaires et en faisant recours aux matériaux locaux en lieu et place des techniques à Haute Intensité d’Equipement (HIEQ).

Himo2

Cette approche a permis de réaliser des infrastructures socio-éducatives, sanitaires et communautaires (pistes rurales, rues pavées, micro-barrages, des puits à grand diamètre, écoles, centres de santé et de promotion sociale (CSPS), boulis, banques de céréales, pharmacies et boutiques villageoises, etc.). Entre 2012 et 2013, plus de 25 000 jeunes ont été recrutés dans le cadre du Programme spécial de création d’emplois (PSCE) pour l’exécution de travaux HIMO. Selon une étude du ministère de l’économie et des finances, les programmes HIMO exécutés ou en cours d’exécution ont injecté plusieurs milliards de FCFA dans l’économie nationale et ont contribué à la mise en place d’infrastructures économiques, socles du développement durable. Les résultats ou les produits de l’HIMO et, en l’occurrence, les pistes rurales ont permis le désenclavement de plusieurs centaines de villages et accélérer les échanges villes-campagnes.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles