Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Analysons le rapport sur les classes moyennes de la BAD (par Alioune B. Sy)

A l’occasion du sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO prévu pour ce jeudi 06 novembre 2014 à Accra, zoom sur un rapport de la Banque Africaine de Développement (la BAD) sur les classes moyennes en Afrique qui doit interpeller les décideurs de cette instance sous régionale car l’Afrique de l’Ouest reste mal classée.
Selon cette étude de la banque Africaine de développement (BAD) publiée lundi 27 octobre 2014 à Johannesburg en Afrique du Sud plus d’un africain sur trois appartient désormais à la classe moyenne.
Cette situation est consécutive selon le rapport à une décennie de hausse continue du niveau de vie de la population et qui va perdurer avec les fortes croissances enregistrées par les économies Africaines.
Ces 34%, soit 370 millions de personnes des quelques 1,1 milliard d’Africains appartiennent à cette catégorie selon les standards en adéquation du développement du continent ont des revenus compris entre 2,2 et 20 dollars par jour.
Outre le revenu, l’appartenance à la classe moyenne africaine dépend de la possession de certains biens (téléviseur, voiture, réfrigérateur), du type de revêtement du sol et de toilettes dans l’habitation, de l’accès à l’électricité et à l’eau potable.
Selon la BAD ce chiffre devrait atteindre 42% d’ici 46 ans, quand le Fond Monétaire International (FMI) table sur une croissance de 5,1% sur le continent pour 2014, contre 4,7% l’année dernière (pour rappel), et jusqu’à 5,8% en 2015, grâce à une hausse des investissements dans les ressources naturelles du continent et les infrastructures
Classement par zone géographique
Dans le bloc Afrique du Nord elle inclut 77% de la population, région suivie par l’Afrique centrale, dont 36% des habitants appartiennent à cette catégorie.
Le sud du continent, où se trouve la première économie, l’Afrique du Sud, arrive en troisième place, l’Afrique de l’Ouest décevante arrive en quatrième position, avec 33% des habitants inclus dans la classe moyenne. L’Afrique de l’Est arrive en dernière position: 25% à peine de la population appartient à la classe moyenne.
Pour le Sénégal, si nos entreprises veulent survivre, créer de la richesse et de l’emploi, il leur faut travailler sur ce périmètre de business africain de 370 millions de consommateurs et il revient à l’Etat de les accompagner dans leur croissance par des crédits à l’exportation et un soutien à l’innovation.
Pour y arriver il nous faut une véritable politique industrielle !

Alioune Badara Sy
senenews.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles