Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Alliances productives du PADEL-B : Huit plans d’affaires examinés avant la subvention

La première session du comité d’approbation des plans d’affaires des alliances productives du Projet d’appui au développement du secteur de l’élevage au Burkina (PADEL-B) se tient les 5 et 6 décembre 2019 à Ouagadougou. Au menu des échanges, l’examen des huit plans d’affaires retenus pour être subventionnés, dans le cadre des alliances productives. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le secrétaire général du ministère des Ressources animales, Charles L. Ouédraogo, ce jeudi 5 décembre.

Dans le cadre du Projet d’appui au développement du secteur de l’élevage au Burkina (PADEL-B), huit alliances productives ont été retenues pour bénéficier d’une subvention. Leurs dossiers seront examinés au cours de cette première session du comité d’approbation des plans d’affaires. Pendant deux jours (les 5 et 6 décembre 2019), le comité examinera et analysera les huit dossiers pour s’assurer qu’ils ont respecté les dispositions du manuel afin de les approuver ou de les rejeter, a expliqué le secrétaire général du ministère des Ressources animales, Charles Ouédraogo, dans son discours d’ouverture. Une tâche qui, selon lui, est ardue mais pas insupportable. « C’est pourquoi, dit-il, je vous invite à vous investir pleinement afin qu’au sortir de la session, nous ayons des résultats clairs et convaincants au-dessus de toute contestation et qui favorisent surtout l’accompagnement des institutions financières partenaires ».

Charles L. Ouédraogo, SG du ministère en charges des ressources animales

Pour la coordonnatrice du PADEL-B, Jocelyne R. Somé, le comité d’approbation est chargé d’examiner les plans financiers et techniques de ces huit dossiers retenus, afin de voir s’ils respectent le mécanisme mis en place et de voir si le projet pourra leur apporter la subvention. Et c’est à la fin de cet examen que les projets admis par le comité vont être transmis aux institutions financières partenaires pour être subventionnés, a-t-elle expliqué.

La tenue de cette activité, selon Jocelyne Somé, se justifie par l’exécution du programme d’activités de la composante 2 du PADEL-B visant à soutenir le secteur privé de l’élevage à travers les micro-projets et les alliances productives.

Jocelyne R. Somé, coordonnatrice du PADEL-B

De 50 à 500 millions de F CFA

En effet, les alliances productives retenues dans le cadre de ce projet ont des coûts allant de 50 à 500 millions de F CFA, a indiqué la coordonnatrice du PADEL-B, soulignant que le financement prévu s’octroiera en trois tranches à savoir une première qui va de 50 à 100 millions de F CFA, une deuxième de 100 à 150 et une troisième de 250 à 500 millions. Jocelyne Somé précise qu’en fonction de la tranche dans laquelle se trouve un projet, le niveau de la subvention est également différent et les projets soumis à examen sont dans la tranche d’au-delà 400 millions. Et dans ce projet précis, il faut dire que chaque acteur a un apport personnel, c’est-à-dire une contribution du promoteur, une des institutions financières partenaires et une subvention du projet.

les autorités et alliances productives posent pour la photo de famille

En rappel, le PADEL-B a été initié pour six ans (2017-2022) en vue d’améliorer la productivité et la commercialisation de la production animale non-pastorale dans les chaînes de valeur sélectionnées, renforcer la capacité du pays à répondre aux graves crises touchant le secteur de l’élevage et fournir une réponse immédiate et efficace en cas de crise ou d’urgence.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Annonce publicitaire