Connecte-toi avec nous

Portraits

   |

Ahmed Banao, le jeune patron de SIRA ou l’exemplarité du travail acharné

« La valeur n’attend point le nombre d’années ». Cet adage, Hamed Banao, l’incarne parfaitement. La trentaine, ce jeune entrepreneur burkinabè est un passionné des technologies et plus précisément les travaux d’administration et de système-réseau. Très accueillant et souriant, il est de cette génération d’entrepreneurs que l’on surnomme « entrepreneur 2.0. » Talentueux, son verbe est empreint de sagesse. 

Ahmed Banao, est un ingénieur des travaux en administration, système et réseaux. Diplômé des télécommunications, il dispose d’une formation de l’ISGE, qui forme des étudiants en administration, en réseaux et télécommunications. Après un brillant parcours de deux ans, le jeune patron s’est inscrit à la très reconnue école de formation, l’ISIG, dans l’objectif d’affiner ses connaissances en informatique.

Ce parcours est la preuve que depuis la route de la fac, le jeune patron avait déjà de la vision. Mais, l’on se pose la question à savoir pourquoi précisément le choix de l’informatique. Il explique : « Au départ, j’étais nul en informatique, jusqu’à ma 3éme année. Mais quand j’ai découvert pour la première fois l’informatique, c’est devenu une passion. »

Très détendu durant tout l’entretien, pour Ahmed Banao, ce qui est intéressant en informatique et en électronique, c’est le fait d’avoir la capacité de produire quelque chose qui est utile et qui rend service. Si tout de suite, j’arrive à produire un système qui permet à une personne de vendre plus vite des produits, cela permet de percevoir de façon concrète le résultat des œuvres confie-t-il. « C’est surtout ça qui me passionne. Ce qui fait qu’au départ quand je produisais, j’étais content. Ma passion se rattache à l’impact et l’utilité de ce que je produis. Et cela donne envie de faire beaucoup plus » précise-t-il.

 

 

SIRA, le fruit de la passion pour l’informatique

Pour matérialiser tout cela, il décide donc de se lancer en affaire en créant sa jeune structure SIRA. Créée en 2015, SIRA signifie le chemin en dioula. Il révèle : « J’ai d’abord travaillé pour des entreprises et j’ai compris que cela me limitait dans la mesure où l’entreprise te présente ses objectifs propres à elles, c’est là où se limite ton travail. Par contre, quand tu crées autour de toi une équipe ou un groupe, vous travaillez avec des objectifs que vous avez définis vous-mêmes et c’est encore plus intéressant. Tu sais là où tu vas. C’est la vision de SIRA au départ. C’est un groupe de personnes qui se ressemblent et qui font le même chemin, SIRA signifie le chemin. »

L’entreprise  œuvre dans la mise en place des systèmes d’information. L’entreprise produit des applications pour les entreprises. Elle travaille essentiellement avec des universités pour lesquelles elle propose des solutions qui permettent d’améliorer leur performance en termes de gestion, de produire rapidement des actes administratifs. En plus des universités, SIRA en collaboration avec la Maison de l’entreprise du Burkina Faso a procédé à la mise en place d’une base de données relative au fichier national « NEERE ». Il s’agit d’une base qui permet de répertorier toutes les entreprises de 2000 à 2017.

L’entreprise SIRA est fière de certains acquis, notamment le logiciel de gestion des universités. Selon le promoteur, il a été très bien accueilli par les utilisateurs. On continue toujours d’y œuvrer là-dessus et on voit l’impact positif que ce logiciel produit indique -t-il. Ce travail acharné a été récompensé. En effet, aujourd’hui ce féru de l’informatique a remporté trois prix lors de la semaine nationale de l’internet. Il s’agit du « Gambré d’argent » en 2014, ensuite « génie TIC » en 2015 et le « Gambré de Bronze » en 2017. Tous ces prix se rapportent au logiciel de gestion.

Très ambitieux, il ne compte pas en rester là. De l’avis de son promoteur, SIRA est une phase initiale. Il est question d’abord de produire des outils qui vont permettre aux entreprises locales d’avoir confiance.  Si déjà au Burkina Faso, la confiance s’installe autour des produits, cela qui va permettre d’aller vers l’international. Toute l’équipe veut s’approprier cet environnement. Un environnement qui a besoin d’un apport pour son développement, qui nécessite un travail.

 

« L’entreprise SIRA ambitionne améliorer le système de gestion des structures autour d’elles. »

Pour y arriver, de grands projets en perspectives. L’entreprise SIRA ambitionne améliorer le système de gestion des structures autour d’elles. Pour l’instant, ce sont les universités, les instituts de formation qui doivent en réalité disposer de beaucoup de moyens pour améliorer leur travail, être rentable dans la façon de travailler, de produire des résultats exacts. Pour les entreprises commerciales il s’agira de proposer des moyens pour améliorer leur comptabilité et la gestion des stocks.

Dans ses perspectives de développement SIRA ambitionne nouer des partenariats avec des structures gouvernementales. Car aux dires de Monsieur Banao, ces structures gouvernementales apporteront plus de crédibilité aux actions de son entreprise. A ce sujet il témoigne, « on a la capacité de produire ou d’adapter le logiciel à l’université de Ouagadougou. Je pense actuellement qu’ils ont besoin d’un système de candidature en ligne pour permettre aux étudiants de s’inscrire en ligne. Cela va améliorer beaucoup de choses. Nous avons une solution de candidature en ligne pour l’université de Ouagadougou. »

Aux jeunes Burkinabè, Ahmed Banao partage son expérience : « La meilleure attitude que des jeunes comme nous devions avoir dans le contexte actuel, c’est de travailler dur. Il n’y a rien de tel. Peu importe les résultats. Tant qu’il y a la volonté réelle de travailler, d’atteindre la perfection, de chercher l’excellence dans ce que tu fais, cela paie toujours. J’ai cette conviction. »

Le Burkina Faso a des talents et Ahmed Banao en est la preuve. Tout le mal que l’on peut souhaiter à cet grand ambitieux c’est le  succès au-delà des frontières burkinabè.

 

Balguissa Sawadogo

Micheline Nanema

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com 

Annonce publicitaire
Lecture en continue

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles