Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Agriculture : Le Burkina Faso veut atteindre l’autosuffisance alimentaire

Le ministère de l’agriculture et des   aménagements hydrauliques a   tenu sa   deuxième session du conseil d’administration(CASEM), le jeudi 20   décembre   2018   dans   la salle de conférence de l’hôtel Imane à Nobéré, commune rurale   dans   la région   du centre-sud. Cette session constitue l’instance suprême de décisions   et d’orientations   pour   le département ministériel.

Selon Secrétaire général   du   ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques, Alassane Guire, l’action   conjuguée   de l’ensemble   des acteurs du   secteur   agricole a permis d’atteindre   en   2018   un   niveau prévisionnel   de   production   céréalières jamais égalé. Plus   de   4 millions 950 mille tonnes    de céréales sont entendues, soit   une hausse    de 22% par   rapport à   la   dernière   campagne.    Il a au   nom   du ministre de   l’agriculture félicité   les populations du monde   rural pour leur   engagement   dans la   quête de   sécurité   alimentaire. » Pour lui, si ces résultats ont pu   être   atteints, « c’est aussi   et surtout   grâce à une   bonne   pluviométrie   et grâce à l’engagement   de   nos   services techniques déconcentrés qui ont permis une maîtrise des   foyers d’attaques de la chenille légionnaire enregistrés au   cours de la   campagne » a souligné Alassane Guire.

Malgré   ces résultats, 18 provinces sont déficitaires.  Toutefois, le secrétaire général   a rassuré   qu’il n’y a pas de provinces en situation de crise alimentaire aiguë. Grâce   au plan   de réponse et   de soutien aux   personnes vulnérables, le gouvernement pourra identifier les   ménages   les plus   vulnérables. Pour Monsieur   Alassane Guire « le jeu   de transfert des vivred   permettra à   l’ensemble de la   population de   pouvoir   manger sa   faim ».

En outre, il ressort aussi que les caprices de la pluviométrie et les persistances de la chenille peuvent anéantir les efforts des producteurs. En effet, ce qui justifie les rendements de la   campagne 2017 -2018 notamment la mauvaise   pluviométrie et la chenille légionnaire qui ont entrainé un déficit céréalier de plus   de   477 000 tonnes exposant ainsi plus de 2 6000 000   personnes à l’insécurité   alimentaire et à la   malnutrition.

Les participants au CASEM

C’est pourquoi, pour une   agriculture plus compétitive et une autosuffisance alimentaire au   Burkina   Faso, le ministère de l’agriculture   et   des   aménagements hydrauliques mène   de   nombreuses   actions avec   pour   ambition l’accroissement de   la   production   agricole et l’amélioration de   la   résilience face   aux   risques   et aux   catastrophes de plus   en plus fréquentes. La mise en place de   cette   politique nécessite une planification   adéquate. C’est le sens   du deuxième conseil   d’administration du secteur   ministériel (CASEM) de l’année   2018.   Placé sous   le   thème : « Quels mécanismes de   résilience   de l’agriculture face   aux aléas naturels », cette session vise à   examiner   la   programmation    2019 des   activités   du ministère, et à réfléchir   sur la problématique de la   résilience   de   l’agriculture.

Pour   la campagne sèche 2018/ 2019 qui   s’annonce, le   secrétaire général a   insisté   sur   le fait   que   pour   l’atteinte des   objectifs de   la   production   agricole, l’engagement   et la détermination    de tous   les   acteurs   du monde rural   s’avèrent nécessaire.  En   clair   toutes choses   qui   devraient contribuer à   réduire l’incidence   de   la   pauvreté en milieu rural   et à   accroitre   le   produit intérieur brut   global.

Au terme   de   cette session, des   actions et mesures fortes seront mises en œuvre pour accompagner les   producteurs. Il y a aussi l’aménagement de nouveaux   périmètres irrigués et des bas-  fonds. Aussi, la   réalisation    des   ouvrages de conservation   des   Eaux et des sols / Défense   et Restauration des   sols (CES/DRS), la   mise   à   la disposition des   producteurs de   motopompes et de   tubes   PVC, la construction    de   magasins   de stockages et des   conservations   de   produits agricoles, ainsi   que des unités de   transformation de   produits   agricoles. Toujours   dans   l’optique   d’une bonne saison   agricole réussit, la   deuxième session du CASEM 2018 du ministère de l’agriculture et des   aménagements hydrauliques entend mettre   à   disposition   des   producteurs   d’intrants et d’équipements   agricoles appropriés avec   le renforcement de   l’appui-conseil aux producteurs de même   que l’amélioration de   l’accès   au   financement.

 

 Fiakofi Kossi(Stagiaire)

 Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire