Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Agriculture : L’autosuffisance alimentaire au cœur de la 10ème Assemblée Générale du CNSA.

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a présidé la 10ème session ordinaire de l’Assemblée Générale du Conseil National de Sécurité Alimentaire(CNSA), le jeudi 06 décembre 2018 dans la salle de conférence de Royal Beach à Ouagadougou. Cette session constitue une nouvelle vision de la gouvernance de la sécurité   alimentaire et nutritionnelle.*

La   question de l’insécurité   alimentaire et de la malnutrition se   pose avec   acuité   au   Burkina Faso surtout   en milieu rural. Selon les   statistiques, elle   touche environ 19%   des ménages dont 1% en situation sévère, malgré les efforts   consentis par le   gouvernement.

Placée   sous   le thème « Mise en   œuvre de la   Politique   Nationale de sécurité   Alimentaire et Nutritionnelle : Quelle synergie entre acteurs et quelle stratégie de   mobilisation   de ressources ?», cette   session   offre   l’occasion aux acteurs et aux   autorités   l’engagement à booter la   faim hors du pays   par un processus d’intervention   multi acteurs. Elle se présente aussi   comme une   occasion de   discuter    sur   les meilleures options   pour relever les défis   liés   à la mobilisation des   ressources et la coordination des actions entrant dans l’opérationnalisation de   cette   politique de   la   sécurité alimentaire.

L’élaboration et l’adoption de   la Politique   Nationale de Sécurité   Alimentaire et Nutritionnelle (PNSAN) apparait   comme une   source d’espoir   pour   la   région   du centre, qui   est la   zone   de   forte   consommation   des produits   alimentaires. A en   croire le Gouverneur   de la   Région   du Centre, Dr Issa Ouédraogo, « En   abordant la   sécurité   alimentaire   sur   toutes ses   dimensions   notamment dans   le   volet   accessibilité   et la    stabilité, la   Politique   Nationale de Sécurité   Alimentaire et Nutritionnelle, permettra   de   répondre   à l’épineuse   problématique des   ménages   urbains   et la   volatilité   des prix   des denrées alimentaires ».

Ainsi   la   couverture des besoins nutritionnels et la   transformation artisanale et industrielle   de   la   production agricole   sont au   cœur    de la   stratégie   du PNDES, principal référentiel en matière de développement au Burkina.  Elle   ambitionne un   taux   de   couverture   des besoins   céréaliers de 140% le mois   d’ici   2020.  Aussi, la hausse de la   production irriguée dans   la production totale de   15% actuellement à 25% en 2020 et une   hausse   de la part   des   produits   agricoles   transformés   de 12% en   2015 à   25% en   2020.

Conscient  qu’une  sécurité  alimentaire   et  nutritionnelle pour  les  populations  est  une condition  sine   qua none   pour  le   développement  , le  premier  ministre   Paul   Kaba  Thiéba a  estimé que   la   vision   recherchée  par  le  gouvernement  à  travers  cette politique  est  d’ «  assurer   à   tout  moment ,   à  l’ensemble   des  populations  un  accès   équitable  à  une   alimentation  équilibrée ,   suffisante et  saine, afin  de contribuer   à  la   réduction    de  la   pauvreté, à la   consolidation de   la   paix   sociale   et  bien   évidement  à  la  réalisation d’un   développement  durable .»

Les délégués venus des régions pour   la   10ème session de CNSA

Pour ce   faire cinq (5) axes stratégiques ont été   adoptés pour   la   réalisation politique   de la sécurité   alimentaire. Ces différents axes sont opérationnalisés à travers les   plans d’actions    triennaux dont le premier   couvre   la   période   2018- 2020, dont plus   de   2000 milliards de FCFA sont nécessaire pour le   financement du premier plan   d’action.

Selon les résultats prévisionnels   livrés par   le   comité   de   la   situation   alimentaire   et nutritionnelle, il ressort des perspectives alimentaires globales   satisfaisantes. Notamment, une   production   céréalière prévisionnelle   nationale estimée à 4 953 257 tonnes. Comparée à   la   campagne   de   2017/2018, cette production serait en hausse   de   21,91% et de   11,77% par   rapport à la moyenne quinquennale.

La   production   des   autres   cultures vivrières est estimée à 931 566 tonnes   soit une   hausse   de 29,85% par   rapport   à la campagne précédente et de 24 ,32% par rapport à la moyenne quinquennale. Par   ailleurs, la   situation alimentaire courante aussi bien des ménages   que du bétail est en nette   amélioration avec ces récoltes.

La Politique Nationale   de   Sécurité   Alimentaire et Nutritionnelle a   été   adoptée   par le   Conseil   des   Ministres du 04 avril 2018. C’est un instrument du Burkina Faso qui   s’inscrit   dans l’agenda Mondial   pour   2030.  Elle poursuit l’atteinte   des Objectifs du développement Durable(ODD) qui, ambitionne   d’éliminer la   faim, d’assurer la   sécurité   alimentaire, d’améliorer la nutrition et de promouvoir une   agriculture   durable.

Kossi Fiakofi (Stagiaire)

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles