Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Agriculture : L’Afrique francophone pour un système statistique fiable et disponible

Réunis à Ouagadougou du 06 au 10 juillet 2015, des experts d’Afrique francophone prennent part à un atelier régional en vue de mieux s’outiller dans l’élaboration des Plans stratégiques de développement des statistiques agricoles et rurales (PSSAR). Le lancement de cette rencontre de réflexion a été fait par le Ministre de l’agriculture François LOMPO, il était aux côtés de la représentante résidente de la Banque africaine de développement (BAD).

L’Agriculture est ce que l’on pourrait appeler le fer de lance de l’économie de l’Afrique sub-saharienne, au regard de son apport au Produit intérieur brut qui est de 34 %. Pour les experts, le secteur doit reposer sur un système d’information de qualité, gage de l’élaboration de politiques agricoles cohérentes et pérennes. S’ils veulent faire face aux dérèglements climatiques et surtout à l’insécurité alimentaire, les Etats doivent se doter de statistiques agricoles fiables, pertinentes et surtout disponibles. C’est du reste l’ambition des participants à cet l’atelier qui se tient dans la capitale burkinabè du 06 au 10 juillet. Et c’est en présence de partenaires tels que la Banque africaine de développement (BAD), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) que le Ministre de l’agriculture a présidé la présente rencontre régionale.

Agriculture au BF1Qui dit politique agricole dit avant tout statistiques de qualité. « Cet atelier vient donc à point nommé », d’après le ministre François Lompo. C’est une étape importante pour le Burkina Faso mais aussi pour les autres pays d’Afrique francophone qui ambitionnent élaborer et mettre en œuvre un plan d’action performant et fiable. La mise à jour des données est donc nécessaire pour faire face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Fortement investie pour accroitre la production agricole au Burkina depuis 1970, la BAD ne pouvait rester en marge d’une telle rencontre, elle qui a injecté près de 200 milliards dans le domaine de l’agriculture. La représentante résidente de l’institution financière au Burkina, Antoinette Batumubwira, croit donc en « un développement du système de statistiques agricoles fondé sur une approche tenant compte des besoins prioritaires ».

Agriculture au BF2Dans son allocution, le ministre de l’agriculture fait remarquer que le Burkina Faso fait partie des sept pays Africains retenus pour le projet FAO/Bill et Melinda Gates dénommé « Renforcement des statistiques agricoles et alimentaires, phase1 : évaluation des systèmes de statistiques agricoles ». Et à ce jour, une « évaluation approfondie » a été faite et un plan d’actions à court terme a été proposé.
Il faut le rappeler, c’est la BAD, la FAO, la Commission de l’Union africaine et la Commission économique pour l’Afrique qui ont propulsé le Plan d’actions africain de la stratégie mondiale d’améliorations des statistiques agricoles et alimentaires.

Herman Frédéric BASSOLE
Photo : Bonaventure PARE
Lefaso.net

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles