Connecte-toi avec nous

Développement

   |

AFID : L’autoemploi pour résorber le chômage des jeunes!

L’Alphabétisation Formation Intensive des jeunes de 9 à 16 ans pour le Développement (AFID) est une approche d’éducation mise en œuvre par Solidar Burkina pour inciter les jeunes à l’entreprenariat. Les apprenants sont immédiatement opérationnels à la fin de leur cursus et peuvent aisément s’insérer dans le tissus socio-économique national.

Au Burkina Faso, la problématique de l’emploi des jeunes se pose en termes d’adéquation entre l’offre d’éducation et les besoins de l’emploi de l’économie nationale. La majeure partie des sortants du système éducatif manquent d’expérience professionnelle à cause de la formation théorique, et parfois inadaptée aux besoins du marché du travail. Selon une enquête sur l’emploi en 2010, 75% des jeunes de 16 à 24 n’ont aucune formation technique et professionnelle. Le nombre de personnes de 15 à 24 ans qui entrent sur le marché du travail dépasse la capacité d’absorption de l’économie. Cette situation entraine une hausse du taux de chômage, de sous-emploi et de découragement chez les jeunes. Ceux-ci sont vulnérables parce qu’ils manquent d’expérience professionnelle, qu’ils ne savent pas toujours comment chercher un emploi, qu’ils n’ont pas accès à des réseaux susceptibles de les renseigner et que, souvent, ils ne possèdent pas les qualifications exigées sur le marché du travail. C’est dans ce contexte que la représentation de Solidar Suisse au Burkina Faso a initié le projet AFID (Alphabétisation formation intensive des jeunes de 9 à 16 ans pour le développement) dans le but d’apporter sa contribution à une insertion harmonieuse des jeunes dans le tissu socio-économique.

Former de jeunes entreprneurs

L’AFID est une formation qualifiante et diplômante qui s’inscrit dans le non formel et vise à offrir aux enfants de 9 à 16 ans non scolarisés ou déscolarisés précocement, une éducation de base de qualité avec une possibilité de passerelle avec l’éducation formelle. Les centres AFID ont un cursus scolaire bilingue de 4 à 5 ans dans le but de permettre l’exécution intégrale et efficace du contenu des connaissances cognitives et des activités de travaux pratiques et manuels ainsi que celles relatives à la culture. A ce jour, les centres AFID utilisent les langues nationales mooré, dioula, fulfuldé et dagara en complémentarité avec le français.

AutoemploiLa formule AFID dont le cycle de formation dure entre 4 et 5 ans a permis entre 2010 et 2013 à 330 jeunes d’avoir une éducation de base, d’obtenir leur Certificat d’études primaires (CEP) et d’être potentiellement aptes à poursuivre leur scolarité dans des lycées et collèges ou dans des centres de formation professionnelle.
Aujourd’hui, des centaines de jeunes poursuivent un cycle de formation de trois ans dans divers corps de métiers (mécanique auto, électricité bâtiment, maçonnerie, agriculture et élevage, couture, coiffure, etc.) dans des centres de formation professionnelle de l’Etat et du secteur privé. Déjà en 2014, 44 jeunes en fin cycle se sont présentés à l’examen du certificat de qualification professionnelle (CQP), un diplôme qui leur offre des opportunités d’emploi et d’insertion socio professionnelle.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles