Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Affaire Eddie Komboïgo-Canal+ : l’Etat burkinabè mis en demeure pour non-respect de ses obligations de protection des investissements

Le Groupe Bolloré a lancé à nouveau des procédures à Abidjan et à Nanterre, après avoir été condamné en première instance et en appel à Ouagadougou dans le cadre du dossier l’opposant à l’homme d’affaire Eddie Komboïgo. L’affaire se poursuit donc devant les instances judiciaires, à l’international.

En effet, Eddie Komboïgo est poursuivi « pour faux et usage de faux en France ». Aussi, la justice à l’international, lui réclame « plus de 15 milliards ». Par ailleurs, selon nos confrères de Jeune Afrique Business+, l’Etat burkinabè est également mis en demeure pour non-respect de ses obligations de protection des investissements.

Le différend entre les deux parties remonte à 2016, lorsque le groupe audiovisuel a mis un terme à l’accord de distribution non-exclusif des offres Canal+ qui les liait.

La procédure entamée à Nanterre implique à la fois Canal+ International et sa filiale Canal+ Burkina Faso. Outre le remboursement des frais d’avocat, le groupe français réclame également la compensation d’un préjudice financier estimé à 15,45 millions d’euros, soit environ 9 840 milliards de F CFA, auquel s’ajoute le montant des biens saisis, environ 1 milliard de F CFA.

Canal+ Burkina Faso demande, par ailleurs l’annulation de la condamnation, une indemnisation de 3,5 millions d’euros, soit environ 2 296 milliards de F CFA en réparation du préjudice subi, mais aussi 150 000 d’euros soit environ 9 840 milliards de F CFA de frais d’avocat et 50 000 euros soit environ 3 280 milliards de F CFA pour compenser l’atteinte à sa réputation.

La rédaction

Annonce publicitaire