Connecte-toi avec nous

Développement

   |

AFFAIRE EAU PERIMEE « FIFA » : Eau technologie environnement engage une procédure judiciaire

Les responsables de la société Eau technologie environnement (ETE), productrice de l’eau minérale « FIFA » ont animé une conférence de presse le 2 juillet 2015 au Centre national de presse Norbert Zongo à Ouagadougou. Objectif : décliner la responsabilité de la société dans la falsification des dates de péremption de l’eau.

La société Eau technologie environnement (ETE), productrice d’eau minérale « FIFA » n’est pas responsable de la falsification des dates de péremption de l’eau. L’information a été donnée par ses représentants au cours d’une conférence de presse animée le 2 juillet 2015 à Ouagadougou. Elle a d’ailleurs, ont –ils dit, engagé une procédure judiciaire contre son représentant au Burkina, pour faux et usage de faux en écriture. En effet, le 15 juin dernier, la brigade de ville de gendarmerie de Kosyam a animé une conférence de presse pour présenter une quantité importante de bidons d’eau de marque « FIFA » et des bouteilles de jus périmés qu’elle a saisi. C’est en réaction à cette affaire que la société veut dégager sa responsabilité dans cette affaire de falsification des dates de péremption, la société productrice basée au Bénin a déposé une plainte au parquet du Tribunal de grande instance de Ouagadougou contre son représentant au Burkina pour faux et usage de faux en écriture de commerce, et tromperie ou tentative de tromperie du consommateur. A en croire, les explications du représentant de la société l’avocat chargé de défendre les intérêts de cette entreprise, Amado Yoni, le cabinet de service comptable s’est rendu dans les entrepôts d’ETE-Burkina en fin 2014 pour faire un inventaire du stock disponible afin d’établir les états financiers de fin d’année. « C’est à cette occasion que l’expert-comptable a découvert dans les entrepôts des stocks d’eaux périmées impropres à la consommation. Ce dernier a immédiatement informé le représentant de la société, tout en lui demandant d’incinérer tous les bidons et les bouteilles périmées », a expliqué Amado Yoni. Ce qui n’a pas été fait selon lui.

Mounbarak SILGA
ecodufaso/group edafrik

Légende :
1-Les animateurs de la conférence de presse dont le représentant de la société d’avocat chargée de défendre les intérêts d’ETE, Amado Yoni (à gauche)

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles