Connecte-toi avec nous

Portraits

   |

Hadiza Sanoussi : De la lecture à la plume

Mme Hadiza Sanoussi est une romancière burkinabè du 21ème siècle. Chevalier de l’Ordre du mérite des arts, de la culture et de la communication en 2008, lors de la Foire internationale du livre de Ouagadougou, cette jeune dame est spéciale. Le teint noir, la taille élancée, très souriante, Hadiza Sanoussi est l’une des rares romancières burkinabè encore active. Jeune dame très ouverte, sa discrétion, son calme et son pas lent sont des signes indicateurs d’une sagesse que dire d’une maturité intellectuelle pour redorer l’image des cercles littéraires burkinabè et partant africain. Elle ne compte pas des milliards comme bons nombres d’Hommes d’affaires que nous avons eu le plaisir de faire les portraits. Mais sa particularité, demeure ces histoires succulentes qu’elle écrit dans ses romans. Toute chose qui participe à la formation des adultes et des adolescents.

Née à la frontière entre le Burkina et le Niger, Hadiza Sanoussi de son vrai nom Mme Halizata Sana est Professeure certifiée d’histoire-géographie.En ce qui concerne son enfance, c’est site babelfan.ma qui nous la raconte. En effet, 1970 elle a failli ne jamais mettre les pieds dans une école. La petite Halizata qui vivait dès l’âge de quatre ans avec sa tante, dans un milieu où les filles étaient plus destinées au commerce, excellait déjà dans la vente des galettes et autres friandise. Jusqu’au jour où l’un de ses oncles, alors instituteur à Niamey, l’inscrit à l’insu de tous à l’école du village. D’emblée, la jeune fille est fascinée par les images et par les lettres. Tellement que pendant la récréation, alors que toutes ses camarades s’adonnent aux différents jeux, Halizata, elle, s’installe confortablement dans un coin et dévore les pages des livres. Ce qui a permis de garder son amour des lettres intact jusqu’ aujourd’hui.

Titulaire d’un BAC série D en 1988, par cette même passion de la lecture, Mme Sanoussi va s’intéresser à l’écriture. Elle est titulaire du CAPES, d’une Maîtrise en Géographie Physique et d’un Certificat d’Etudes Supérieures en Economie Coopérative et Associative. En 2004, elle gérait la documentation du Ministère des Enseignements Secondaires, Supérieurs et de la recherche Scientifique à Ouagadougou, au Burkina. Chef du service de l’informatique documentaire du ministère des enseignements secondaire et supérieur depuis 2008, Hadiza Sanoussi prépare actuellement un master de recherches en sciences de l’information et de la communication à l’Institut panafricain d’études et de recherches sur les médias, l’information et la communication (IPERMIC) de Ouagadougou. Véritable banque à histoires, elle a cinq œuvres toutes de belles factures à son actif : « Les deux maris », éditions Moreux en 2001, l’Harmattan en 2009 ; « Devoir de cuissage « en 2005 ; « Et Yallah s’exila » en 2010, et « Sopam, le duc de Liptougou » en 2012, » « Ciel dégagé sur Ouaga » en 2013. Dans ses œuvres Mme Sanoussi évoque les problèmes sociétaux et apporte ses analyses pertinentes. Toute chose qui pourra servir de repère du point de vue de la formation et de la vie en générale pour les jeunes. Dans tous les cas elle ne Hadiza Sanoussi ne veut pas s’arrêter en si bon chemin même si «Ecrire, au Burkina Faso, c’est un véritable sacerdoce ».

Balguissa Sawadogo
Ecodufaso.com/ Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.