Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Accès aux services énergétiques : Quelle est la contribution des acteurs miniers au Burkina Faso ?

L’Association des Journalistes et Communicateurs pour le Energies et le développement durable (JED) a organisé dans la matinée du jeudi 05 juillet 2018, ses cinquièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies renouvelables. La cérémonie de lancement a eu lieu dans la salle de conférence de la Direction générale de la Coopération à Ouagadougou.

 

Au Burkina Faso, les statistiques sectoriels révèlent que seulement 20% de la population urbaine a accès aux services énergétiques contre 3% de la population rurale et comparativement à un taux sous régional d’accès de 40%. Pourtant, l’apport énergétique dans le développement socioéconomique n’est plus a démontré.

Dans la perspective de réunir l’ensemble des acteurs autour de la recrudescente question énergétique, la JED tient depuis quelques années ses traditionnelles journées. Elles ont été placées cette année sous le thème « Place et contribution des acteurs miniers dans la lutte pour l’accès des populations aux services énergétiques au Burkina Faso ». Tel est le thème d’échanges et de réflexion qui a réuni les journalistes, les communicateurs, société civile, l’administration publique et les acteurs miniers du Burkina Faso.

De l’avis du président de la JED Grégoire Bazié, le thème est digne d’intérêt. En effet, selon lui, il ne s’agit pas là de faire des acteurs miniers les seuls porteurs du grand défi de l’accès de tous à l’énergie qui, relève avant tout du domaine stratégique et régalien de l’Etat.

Toutefois, l’une des remarques majeures que l’on peut faire à propos de la situation de nos Etats, c’est la difficulté à produire au même rythme que l’évolution de la demande, cela faute de moyens a rappelé Monsieur Bazié.

Cette problématique, n’est pas étrangère aux yeux des autorités politiques. Le ministre de l’Energie, Bachir Ismaël Ouédraogo, par ailleurs président des présentes journées, a été très clair. Il soutient qu’il il y a du travail à faire. Il a précisé que le Burkina Faso produit en tout, environ 350 Mégawatts d’électricité dont 40% est importée de la Côte d’Ivoire. De l’autre côté, les sociétés minières disposent déjà d’une capacité de 286 à 290 mégawatts. C’est pourquoi, nous avons besoin d’attirer le secteur privé. Pour cela, il faut mettre en place une dynamique de collaboration Etat -Sociétés minières a souligné le ministre.

Une dynamique déjà lancée de l’avis du Président de la Chambre des Mines du Burkina Faso, Tidiane Barry. Il a expliqué que le thème des cinquièmes journées des acteurs de la communication sur les énergies pose la problématique de la responsabilité sociale des entreprises minières. Il a cependant rassuré que la vision de la chambre des Mines et de faire en sorte que chaque mine soit un levier pour le développement local. Il faut un partenariat constructif et vertueux entre l’Etat les sociétés minières te les partenaires techniques et financiers a-t-il martelé.

L’Association des journalistes et communicateurs pour les énergies et le développement durable a été créé en 2013 avec l’ambition de participer au développement durable du Burkina Faso.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles