Connecte-toi avec nous

Développement

   |

Abattage clandestin d’animaux : La viande de la mort !

Une viande d’une puanteur insupportable, presqu’en décomposition. C’est ce que la brigade ville de gendarmerie de Baskuy a saisi dans la matinée du 18 aout. Les 4 bœufs abattus à l’abattoir non fonctionnel de Kilwin et embarqués dans deux tricycles devraient être vendus dans les marchés de Toéssin, Baskuy, Larlé et Kalgodin.

Quelle quantité de viande de ce genre a déjà été écoulée sur le marché ? N’eut été la vigilance d’un citoyen qui a mis la puce à l’oreille de la gendarmerie, la viande impropre à la consommation se serait sans doute retrouvée dans des assiettes.

Mais cette fois, la soupe n’aura pas lieu. Heureusement. La brigade ville de la gendarmerie de Baskuy est intervenue. « Pour attester de la qualité de la viande, un agent qualifié a été requis et les conclusions de ce dernier révèlent clairement qu’il s’agit d’un produit impropre à la consommation, avarié. Les investigations qui se poursuivent permettent déjà d’avancer qu’il s’agit d’abattage clandestin d’animaux malades dont bon nombre de bouchers de la ville de Ouagadougou se rendent coupables » a dit l’Adjudant Yaméogo Aimé, Commandant adjoint de la brigade de gendarmerie de Baskuy.

L’opération a permis de mettre e grappin sur trois personnes, la quatrième ayant pris la clé des champs. De l’avis du Commandant adjoint de la brigade de gendarmerie de Baskuy, c’est devant le procureur que les bouchers répondront de leurs forfaits.

Pour Maiga Adama, l’infirmier qui a inspecté les carcasses, il n’y a pas de doute. Les animaux étaient malades et la consommation de leurs viandes comporterait des risques certains sur la santé humaine. Des prélèvements du foie, de la langue, de la rate…pour inspection et l’état de la chair lui permettent d’être formel que cette viande qui devait être vendue aux consommateurs est « malsaine ».

Les pandores ont une fois de plus invité la population à la collaboration pour barrer la route à cette catégorie de citoyens qui ont décidé de se faire de l’argent au mépris de la santé des consommateurs. Contacter le 10 10, le 16, le 17, ou le 80 00 11 45 pour arrêter la boucherie.

Tiga Cheick Sawadogo
tigacheick@hotmail.fr
Lefaso.net

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles