Connecte-toi avec nous

Développement

   |

A la recherche de stratégies de promotion du lait local

Au Burkina Faso, la filière lait est minée par un certain nombre de problèmes. Les acteurs en ont échangé le 05 juin 2015 avec des partenaires belges afin de rechercher les meilleures solutions à cette situation.

La situation dépeinte par l’union nationale des mini laiteries et producteurs de lait local au Burkina (UMPL/B) est pour le moins problématique : absence de véritable politique de promotion de la filière, difficultés de productivité, problèmes fonciers, manque d’équipements adéquats pour la transformation et la conservation du lait, inondation du marché national par le lait importé,… Dans ce contexte, les producteurs locaux ne savent plus à quel saint se vouer.
Pour remédier à cette situation et permettre aux producteurs laitiers nationaux de vivre décemment de leur activité, l’UMPL/B plaide pour un assainissement du milieu et le relèvement de la taxe sur le lait importé de 5 à 20%.
Par la voix d’Erwin Schöpger, les producteurs belges ont fait savoir qu’ils sont quasiment confrontés aux mêmes difficultés. Ils encouragent par conséquent leurs partenaires burkinabè à demeurer unis car c’est ainsi qu’ils pourront faire infléchir les positions et parvenir à faire adopter des mesures idoines pour la protection des producteurs locaux. Les 02 parties ont également convenu d’engager des actions de communication et plaidoyer pour faire entendre leur cause.
Bien que pays à vocation agropastoral avec un important cheptel, le Burkina Faso continue d’investir 6 à 10 milliards de FCFA par an pour l’importation de 40 millions de litres de lait ; essentiellement sous forme de lait en poudre. En 2008, du lait frelaté en provenance de la Chine était disponible sur le marché burkinabè. Le Laboratoire national de santé publique (LNSP) a détecté de la mélamine dans ce lait en poudre destiné aux « enfants dénutris et pauvres ». Aujourd’hui encore, le marché est inondé par tout type de lait à provenance douteuse. Il y’a donc matière à agir et à sévir.

Aimé Florentin BATIONO
ecodufaso.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles