Connecte-toi avec nous

Développement

   |

8e Foire aux semences améliorées: le renforcement des capacités des producteurs en ligne de mire

La 8e édition de la Foire aux semences de variétés améliorées de plantes, se tient du 1er au 4 juin 2017 à Ouagadougou. La manifestation se déroule sous le thème, «Renforcement de capacités des producteurs à l’utilisation des semences de variétés améliorées de plantes adaptées, gage de succès face aux changements climatiques».
 
 
Le site de l’Institut national de l’Environnement et des recherches agricoles (INERA), sis au quartier Gounghin, à l’ouest de la capitale burkinabè, abrite l’édition 2017 de la Foire aux semences de variétés améliorées de plantes. 8e du genre, la manifestation se tient du 1er au 4 juin 2017. Le thème choisi est : «Renforcement de capacités des producteurs à l’utilisation des semences de variétés améliorées de plantes adaptées, gage de succès face aux changements climatiques».
Selon les organisateurs, cette foire vise, entre autres, à informer, communiquer et sensibiliser l’ensemble des acteurs en amont et en aval sur l’état actuel de la création et de la production au Burkina Faso.
L’autre objectif est d’échanger avec les acteurs du système semencier national sur l’utilisation des espèces et variétés agricoles adaptées aux changements climatiques. Le comité d’organisation ambitionne aussi, définir avec les acteurs les thèmes et les modules pour le renforcement de leur capacité.
«Nous assistons par le choix du thème de la présente édition de la foire, à une mise en œuvre complète, des acquis existants en terme d’adaptation dans le domaine agricole», a expliqué le secrétaire d’Etat, Urbain Couldiaty, représentant le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation.
Selon lui, les changements climatiques constituent une réalité vécue par l’ensemble des populations et les disparités climatiques régionales que connait le pays doit amener à trouver des solutions afin que chaque zone agro-écologique puisse s’adapter dans l’optique de répondre aux besoins des producteurs.
Au Burkina Faso, le secteur rural emploi plus de 80% de la population active et fournit environ 45% de revenus aux ménages agricoles. Cependant, il fait face à diverses contraintes liées à la baisse de la pluviométrie, le faible accès des producteurs aux intrants, la faible liaison production-marché et l’insuffisance des services d’appui aux producteurs.
«C’est ce à quoi s’est attelé l’Institut international de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) à travers ses cinq centres régionaux et le centre de recherche environnemental agricole et de formation de Kamboinssin qui proposent des produits variés et adaptés à chaque contexte» ,a indiqué M.Couldiaty. Pour lui, cette foire qui se tient du 1er au 4 juin 2017 poursuit entre autres objectifs, «l’adoption à grande échelle des semences de variétés améliorées certifiées pour une augmentation de la productivité agricole en vue d’assurer la sécurité alimentaire, la transformation agricole et la commercialisation des produits».
Le ministre en charge de l’Agriculture, Jacob Ouédraogo, parrain de la cérémonie, a salué le choix du thème dont «la mise en œuvre permettra une résilience plus accrue des producteurs et une augmentation durable de la production». Il a relevé qu’une bonne maitrise de l’utilisation des semences de variétés améliorées adaptées dans les systèmes de production contribuera sans nul doute à l’atténuation des effets du changement climatique.
M .Ouédraogo a également invité les agriculteurs à suivre les conseils des chercheurs dans le domaine de la production agricole et à nouer des partenariats public-privés pour un renforcement de leurs capacités.
«Quand nous trouvons une variété qui s’adapte à une zone il y a un paquet technologique qui convienne et qui l’accompagne par exemple pour le niebé, il faut savoir semer et mettre les intrants à temps», a-t-il précisé.
Une visite guidée des stands a permis de découvrir plusieurs spéculations, tels que le sorgho, le maïs, le riz, soja … A ce sujet, le directeur de l’INERA, Hamidou Traoré, a fait remarquer qu’il y a plus de 453 variétés de cultures produites au Burkina Faso.
 
Alfred KANON
ecodufaso.com / ecodafrik.com
Légendes :
Selon les responsables de l’INERA, il existe plus de 453 variétés de cultures produites au Burkina Faso.
 

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles