Connecte-toi avec nous

Développement

   |

766 km de routes en vue entre le Nigéria, le Cameroun, le Congo et le Tchad

La note d’information de l’emprunt-obligataire 2014-2019 de 150 milliards de francs Cfa lancé le 24 novembre 2014 par l’Etat du Cameroun, révèle que sur les fonds recherchés, 27 milliards de francs Cfa seront destinés à payer la contrepartie de l’Etat camerounais dans le bitumage du «réseau routier structurant».

Il s’agit, apprend-on, d’un vaste projet qui permettra de construire, sur le moyen terme, environ 766 kilomètres de routes entre les pays-membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Bien que les tracés de ces axes routiers transnationaux ne soient pas précisés, l’on sait par exemple que le Cameroun et le Congo bitument actuellement la route Sangmélima-Ouesso, longue de 215 Km, qui va permettre de booster les échanges entre les deux pays. Un second pont est également prévu sur le fleuve Logone, au Cameroun, afin de relier la ville camerounaise de Yagoua, dans la région de l’Extrême-Nord, à la ville tchadienne de Bongor.

Figure également dans les plans du gouvernement camerounais, le projet de «bitumage de la route Maltam-Fotokol et de la bretelle Bodo-Makary-Hilealifa-Karena-Katekime», devant relier la République fédérale du Nigéria à la République du Tchad, en passant par la République du Cameroun. Ce tronçon est long de 143 Km, dont 73 Km sur le territoire camerounais.

Le «réseau routier structurant», précise la note, prévoit particulièrement un développement des infrastructures routières entre le Cameroun et le Nigéria, avec pour objectif de densifier les échanges avec le pays le plus peuplé d’Afrique, récemment devenu la première puissance économique du continent africain devant l’Afrique du Sud.

De ce point de vue, les deux pays seront bientôt reliés, dans la région du Nord-Ouest du Cameroun, par la route Enugu-Bamenda, longue de 443 km. Les travaux confiés à une entreprise chinoise pour une durée de 3 ans, concernent 203 km sur le territoire camerounais (Bamenda-Ekok) et 240 km sur le territoire nigérian.

Les contributions des deux pays pour la réalisation de ce projet s’élèvent respectivement à 7,4 et 9,6 milliards de francs Cfa ; le reste étant financé par des bailleurs de fonds tels que la Bad (128 milliards de francs Cfa), la Banque mondiale (12 milliards FCfa) et l’Agence japonaise pour le développement (18 milliards FCfa).

agenceecofin.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.