Connecte-toi avec nous

Mines & Energies

   |

3ième édition de la Semaine des Energies et des Energies Renouvelables d’Afrique (SERRA)

Le Premier Ministre a présidé la cérémonie d’ouverture de la 3ième Seera

 

72H pour faire de Ouagadougou, la capitale de la transition énergétique africaine

L’édition 2019 de la Semaine des Energies et Energies Renouvelables d’Afrique a ouvert ses portes le jeudi 4 avril 2019 au cours d’une cérémonie placée sous le thème « Politiques et innovations pour une transition énergétique réussie ». Elle a été présidée par le Premier Ministre Christophe Marie Joseph Dabiré.

 

Le taux d’accès à l’électricité des populations burkinabè se chiffrait à 21% en 2017.Le gouvernement ambitionne de rehausser ce taux à 45% en 2020. Pour y arriver le pays veut aller rapidement vers la transition énergétique.

Placée sous le thème « Politiques et Innovations pour une transition énergétique réussi », la troisième édition de la Seera constitue un véritable cadre de réflexions et de partage d’expériences. Ce, en vue de formuler des recommandation concrètes à l’endroit des différents acteurs en vue d’assurer une transition énergétique réussie en Afrique en générale et au Burkina Faso en particulier.

A ce sujet le Ministre de l’Energie Dr Bachir Ouédraogo a expliqué que les défis auxquels font face les pays d’Afrique demeurent une contrainte pour leur transformation structurelle. D’où la nécessité pour ces Etats de développer d’autres sources d’énergie.

A ce niveau le Burkina Faso est en bonne voie en témoigne selon lui les actions concrètes telles l’adoption de la loi n°014-2017/AN du 20 avril 2017 qui vise la promotion des énergies, des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, la construction de centrales solaires, la promotion d’installations solaires et de la poursuite des projets dans la production hydroélectrique et d’interconnexions.

Pays invité d’honneur de la troisième édition de la Seera, le Royaume du Maroc, unanimement reconnu pour ces acquis en matière d’innovations énergétiques est venu partager son expérience. En effet, face aux défis énergétiques alimentés par une quasi absence de ressources énergétiques fossiles identifiées, le Maroc a mis en place une stratégie afin d’encourager le développement des énergies renouvelables. L’Ambassadeur du Maroc au Burkina Faso, Farhat Bouazza a salué la qualité la qualité des relations entre son pays et le Burkina Faso, avant d’ajouter. Son pays peut se réjouir des acquis tels le programme d’électrification rurale qui a permis de porter le taux d’électrification en milieu rural de 14% en 1990 à 98% actuellement. Il a aussi cité la loi relative aux énergies renouvelables ainsi que la création de l’institutif de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles.

L’ambition du Burkina Faso, selon le ministre de l’Energie est d’atteindre d’ici 2020 une puissance disponible de 1000MW et un million d’abonnés au réseau Sonabel. Le pays vise également un taux d’accès national à l’énergie de 45%, un taux d’électrification rural de 19% et une part de 50% des énergies renouvelables dans le parc énergétique national.

La Seera réuni cette année 1500 participants, exposants et des milliers de visiteurs. Des panels seront développés autour des thèmes tels que les politiques énergétiques en Afrique, la mutualisation des investissements en Afrique, le financement des infrastructures énergétiques.

Le Secrétaire Exécutif de l’Organisation du traité sur l’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (OTICE), Dr Lassina Zerbo a pris l’engagement ferme d’une promotion de la Seera au niveau international.

 

Balguissa Sawadogo

Ecodufaso.Com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles