Connecte-toi avec nous

Développement

   |

32ème Journée mondiale de lutte contre le Sida : Le taux de séroprévalence du VIH passe de 7,1% en 1997 à 0,7% en 2020

Le Burkina Faso à l’instar des autres pays du monde, a commémoré la 32ème journée mondiale de lutte contre le SIDA, le 01 décembre 2020 dans la région du centre nord, sous le signe de « Solidarité mondiale et responsabilité partagée ». La cérémonie a été rehaussée par la participation du ministre de la santé Pr Claudine Lougué, représentant le Président du Faso, des autorités et des partenaires techniques et financiers.

C’est une journée de compassion qui a été commémorée dans un contexte d’avancée significative dans la lutte contre le VIH/Sida. L’on observe selon le ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué représentant, une baisse significative du taux de séroprévalence du VIH qui est passé de 7,1% en 1997 à   0,7% de nos jours et 69 361 personnes sont sous traitement ARV soit 94%. Une avancée significative dans la lutte contre le sida, selon le Secrétaire permanent du CNLS-IST, Pr Smaïla Ouedraogo, « Il y a de quoi se réjouir », a-t-il lancé. Toute chose qui s’explique par la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions par le gouvernement, à savoir le financement des associations dans le Centre-Nord pour l’accessibilité des médicaments par toutes les personnes vivant avec le VIH.

La région du centre nord a passé le flambeau à celle du centre ouest

Selon le rapport GAM 2019 , les modes de transmission du VIH montre que la majorité des nouvelles infections surviennent dans les couples hétérosexuels en union stable (39,56%). Elles sont le fait de la persistance de comportements sexuels à risque, à savoir le non recours systématique au condom, la persistance des idées fausses sur le VIH au sein de certains groupes de populations (détenus, les travailleuses du sexe), la persistance de la méconnaissance des voies de transmission sexuelle du VIH dans certains groupes de populations, les rapports sexuels intergénérationnels et la persistance du multi partenariat sexuel. Avec une population passerelle, constituée des orpailleurs, des routiers et des clients des travailleuses du sexe.

Par ailleurs, l’économie du Burkina Faso  repose  essentiellement sur le secteur primaire (l’agriculture et l’élevage) qui occupe plus de 80% de la population active, avec une contribution au Produit intérieur brut (PIB), de l’ordre de 30%.  Le taux de croissance économique moyen est de l’ordre de 5% par an depuis plus d’une décennie. Ainsi, 40,1% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté selon l’enquête multisectorielle continue (EMC), (INSD 2014). Et pour lutter contre le VIH/Sida, il est indispensable de lutter contre la pauvreté.

La cérémonie a été ponctuée par une remise de dons et de distinctions honorifiques aux associations et personnes œuvrant dans la lutte contre le VIH/SIDA. Elle a pris fin avec la passation du flambeau à la région du Centre-ouest, pour la prochaine commémoration.

Sombéwendin Micheline Thiombiano/Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles