Connecte-toi avec nous

Développement

   |

300 000 tonnes de mangues produites par an au Burkina Faso

Au Burkina Faso, la production fruitière est dominée par la mangue qui représente plus de la moitié des vergers et de la production nationale. Selon les statistiques 2008 du ministère de l’agriculture, la filière a un potentiel de production de plus de 300 000 tonnes par an avec plus de 2,2 millions de pieds repartis sur une superficie de 12 250 ha. En 2013, le Burkina Faso a exporté 7 tonnes de mangues contre 8 tonnes en 2012. Les exportations de 2013 ont rapporté plus de 2 milliards de FCFA. Avec des tels volumes d’exportation, le Burkina Faso se hisse au 29è rang mondial des pays exportateurs de mangue avec 0,4% de parts de marché.

Les vergers de manguiers se concentrent principalement dans les régions des Hauts bassins, des Cascades, et dans une moindre mesure du Centre Ouest. Il existe plusieurs variétés de mangues au Burkina Faso : les variétés traditionnelles (la mangotine) et les variétés issues de greffages (Amélie, Kent, Brooks, etc.). Les variétés exportées sont principalement Amélie et Kent.

Mangue 2Amélie est une variété précoce, relativement petite avec une peau verte/verte-jaune. La période de récolte de la variété Amélie va de fin février jusqu’en avril, quand les exportations de Kent commencent. Kent est une variété plus grande, partiellement rouge quand elle est mûre, avec une longue durée de conservation. Les autres variétés exportées (en volumes plus limités) sont Keitt et Valencia. Une autre variété de mangue cultivée au Burkina Faso est la variété Brooks. Comme elle est tardive, cette variété est plus vulnérable aux attaques de mouches des fruits.

Grâce au Programme d’Appui aux Filières Sylvo-Agro-Pastotales (PAFASP), les producteurs s’organisent pour mieux répondre aux exigences de qualité et de traçabilité et pouvoir ainsi écouler les mangues sur les marchés européens et maghrébins. L’appui du PAFASP se matérialise à travers le renouvellement et la création de vergers, la lutte antiparasitaire, le financement des structures de transformation de mangue,… Le Burkina Faso ravitaille aussi les pays de la sous-région comme le Niger, la Ghana et la Côte d’ivoire.

Burkina Faso, leader mondial de la mangue séchée

Mangue 3L’essentiel de la transformation de la mangue porte sur le séchage, même si des initiatives de diversification des produits transformés (pulpe, jus, vinaigre et confiture) se sont développées ces dernières années. Il existe une soixantaine d’unités de transformation au niveau national, utilisant des équipements artisanaux fabriqués localement. Les capacités de production de mangues séchées de ces structures varient, selon les unités, entre 4 et 20 tonnes par an. 75% de la production de mangues séchées est destinée à l’exportation (vers l’Europe et les pays maghrébins).

Le Burkina Faso est le leader mondial dans la production de mangues séchées. En décembre 2014, le pays a bénéficié de plus de 1,6 milliards de FCFA de différents partenaires pour la mise en œuvre du projet de commercialisation de la mangue séchée et de la noix de cajou. D’une durée de 03 ans, ce projet vise à accroitre de 20% le volume d’exportation de mangues séchées et de noix de cajou. La production actuelle de mangue séchée est de 600 tonnes par an.

Aimé Florentin BATIONO
Ecodufaso/Groupe Ecodafrik

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.