Connecte-toi avec nous

Développement

   |

23e Assemblée Générale des Sociétés d’Etat: les comptes de 21 entreprises publiques examinés

La 23ème session de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat (AG-SE) aura lieu les 29 et 30 juin prochain dans la salle de conférences de Ouaga 2000. Placée sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement représentant le Président de la Transition, Président du Faso, Président de l’Assemblée Générale des Sociétés d’Etat (AG-SE), cette session permettra de passer en revue les activités et les comptes de 2014 de 21 entreprises dont 19 sociétés d’Etat et deux Etablissements publics de prévoyance sociale.

Les membres du Gouvernement de la Transition, les Présidents d’institutions et les directions techniques des départements ministériels concernés examineront les rapports de gestion et les états financiers de l’exercice 2014 de dix-neuf (19) sociétés d’Etat, et les rapports d’explication de deux (02) sociétés d’Etat sur leur processus d’opérationnalisation. La Société Burkinabè de Télédiffusion (SBT) créée en 2013et la Société Nationale d’Aménagement des Terres et de l’Equipement Rural (SONATER) créée en2014 présenteront un rapport d’explication sur leur processus de constitution au cours de cette Assemblée Générale.

Parmi les dix-neuf (19) entreprises qui présentent leurs états financiers, trois (3) sont des novices. Il s’agit de l’Agence de conseil et de maîtrise d’ouvrage déléguée en bâtiments et aménagement urbain (ACOMOD-Burkina), créée en 2010, la Minoterie du Faso (MINOFA), créée en 2012 et la Société de gestion de l’équipement et de la maintenance biomédicale (SOGEMAB), créée en 2013. Elles avaient présenté des rapports d’explication en 2014 et soumettront pour la première fois leurs états financiers à l’approbation de l’AG-SE.

Ces entreprises ont évolué durant l’exercice 2014 dans une économie mondiale caractérisée par la baisse des prix du pétrole à partir du second semestre tandis que la croissance de l’économie mondiale du premier semestre est restée inférieure aux prévisions. Le taux de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) réel a été ainsi revu à la baisse et s’établit à 3,3% à la fin de l’année 2014 selon le rapport sur les perspectives économiques mondiales du Fonds Monétaire International (FMI).

Au plan régional, l’Afrique de l’Ouest est ressortie comme la région la plus dynamique du continent. L’édition 2014 des « Perspectives économiques en Afrique » a relevé l’amélioration constante des conditions économiques et sociales dans cette partie du continent. Par ailleurs, les perspectives macroéconomiques de la région s’annoncent favorables.

Au Burkina Faso, l’activité économique a été marquée par la baisse de la production céréalière, la contraction des importations et la situation sociopolitique nationale ayant abouti aux événements des 30 et 31 octobre 2014. Le taux de croissance du PIB réel a baissé de 2,6% en passant de 6,6% en 2013 à 4% en 2014.
Dans ce contexte national, cinq (05) de nos sociétés ont connu une baisse de leur chiffre d’affaires et sur dix-neuf (19) sociétés qui présentent leurs états financiers, six (06) sont déficitaires.

Le chiffre d’affaires global, a augmenté de 2,63% en 2014 contre 11,42% en 2013. Cette perte de vitesse montre que la croissance des activités des sociétés d’Etat est plus faible en 2014 par rapport à l’exercice précédent.
La valeur ajoutée des sociétés d’Etat, qui traduit leur contribution à la formation du PIB de notre pays, a augmenté sur la période sous revue en passant de 76,087 milliards en 2012 à 94,586 milliards en 2013 puis à 102,501 milliards de F CFA en 2014, soient des hausses respectives de 24,31% et 8,37%. L’augmentation de la valeur ajoutée de l’exercice sous revue est moins élevée par rapport à l’exercice précédent indiquant que la contribution de nos sociétés au PIB est faible en 2014 comparativement à 2013.

Une contribution remarquable au budget de l’Etat
La contribution des sociétés d’Etat et des Etablissements Publics de Prévoyance Sociale au budget national s’élève à 195,510 milliards de FCFA pour l’exercice 2014. Cette contribution provient principalement de la SONABHY à hauteur de 149,557 milliards de F CFA, soit 76,50% suivie de la LONAB à hauteur de 15,350 milliards de F CFA, soit 7,85%. L’excédent brut d’exploitation, qui mesure la performance économique de nos sociétés, est passée de 42,688 milliards en 2012 à 58,697 milliards en 2013 puis à 62,548 milliards de F CFA en 2014, soit une hausse de 6,56% entre 2013 et 2014. Cette augmentation s’explique essentiellement par l’accroissement de la valeur ajoutée globale.

Contrairement à l’exercice précédent où l’ensemble des entreprises publiques invitées à présenter leurs états financiers étaient bénéficiaires, l’exercice 2014 enregistre six (06) sociétés déficitaires. Il s’agit de l’ACOMOD-BURKINA, du BUMIGEB, de la MINOFA, de la SEPB, de la SONABEL et de la SONAGESS. Ce déficit s’élève à 11,753 milliards de F CFA et la SONABEL y contribue à hauteur de 11,189 milliards de F CFA, soit 95,20%.

Les autres entreprises au nombre de treize (13), ont réalisé un bénéfice net global de 73,845 milliards de F CFA en 2014 contre 81,111 milliards de F CFA en 2013, soit une baisse de 8,96% due à la diminution des résultats individuels et au nombre des sociétés déficitaires. En intégrant les déficits, le résultat net global des sociétés d’Etat et des EPPS tombe à 62,092 milliards en 2014 contre 81,111 milliards de F CFA en 2013 soit une baisse de 23,45%.

Au cours de la 23ème AG-SE les différents acteurs devraient adopter un code de bonne gouvernance des sociétés d’Etat. Un code qui viendra garantir le processus de gestion transparente des entreprises publics au profit de la nation.

Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat

fasozine.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles