Connecte-toi avec nous

Développement

   |

1er CASEM du MICA : La relance de l’économie, le défi de 2016

Le Ministère de l’industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) a tenu, le mercredi 22 juin 2016 à Ouagadougou, le premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année. Le ministre Stéphane W. Sanou et ses collaborateurs ont examiné le bilan des réalisations de l’année 2015 et le programme des activités de 2016.

Disposer d’un secteur privé dynamique, compétitif, créateur d’emplois et de richesses pour une économie émergente d’ici à 2020». Telle est la vision du Ministère de l’industrie, du commerce et de l’Artisanat (MICA) déclinée lors de son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM), le 22 juin 2016 à Ouagadougou. A l’occasion, les participants ont dressé le bilan des réalisations de 2015 et examiné le programme d’activités de l’année 2016. Selon le ministre en charge du commerce, Stéphane W. Sanou, cette première session du CASEM de l’année de son département revêt une importance, car le Burkina Faso est en train d’élaborer un nouveau référentiel de développement, le Plan national de développement économique et social (PNDES).

En effet, le MICA est chargé de la mise en œuvre et du suivi de la politique en matière du commerce, d’industrie et d’artisanat. Pour lui, à travers cette mission le gouvernement entend promouvoir ces sous-secteurs afin de favoriser l’accélération d’une croissance économique forte et inclusive. Cela permettra de réduire la pauvreté et d’accroitre le bien être socioéconomique des Burkinabè. Pour réussir cette mission, le ministre a indiqué que les actions de son département doivent être en harmonie et en cohérence avec les orientations stratégiques du programme présidentiel «Bâtir avec le peuple, un Burkina Faso de démocratie, de progrès économique et social, de liberté et de justice » et du PNDES.

A entendre le ministre Stéphane W. Sanou, les deux dernières années ont été marquées par des troubles sociopolitiques avec des conséquences négatives sur l’économie. En ce qui concerne les activités de 2015, le secteur du commerce a enregistré un taux de réalisation de 75%, l’industrie 70%, l’artisanat 67% et le secteur privé 72%. «Ces taux sont intéressants dans la mesure où 2015 a été marquée par des évènements qui n’ont pas permis au pays de réaliser ses objectifs», a souligné M. Sanou. Il a ajouté que quatre objectifs ont été identifiés pour l’année 2016. Il s’agit essentiellement de promouvoir le commerce sur le plan national et international, de faire de l’artisanat un secteur de richesse, de promouvoir les produits locaux à travers les unités de transformation, et de renforcer le potentiel du secteur informel.

Armelle COMPAORE
Source: Sidwaya n° 8189 du 23 juin 2016
me.bf

Annonce publicitaire
Lecture en continue
Commentez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles