Connecte-toi avec nous

Développement

   |

13e édition des journées de l’entreprenariat Burkinabè : 12609 créations d’emplois en 2017

La 13è édition des journées de l’entreprenariat burkinabè(JEB) a officiellement ouvert ses portes ce 5 juillet 2018, au pavillon du soleil levant du SIAO. C’est sous le patronage du ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré et du parrainage du ministre de l’énergie, Bachir Ismaël Ouédraogo que la cérémonie a été effective.

Le ruban de la 13è édition des JEB a été officiellement coupé. « Energie solaire et opportunités pour le secteur privé », c’est sous ce thème que se tient la présente édition. Les 72 heures seront ponctuées par des conférences thématiques, l’animation des différents stands d’exposition et un réseautage. Cette 13è édition s’articule autour de trois pôles d’activités. Il s’agit des business fora, avec des conférences publiques sur des thématiques liées aux dispositifs d’accompagnement à la création et au développement d’entreprises innovantes, ainsi qu’à la contribution des énergies renouvelables à la création de valeur dans le secteur agricole ; du salon Entreprendre au Faso(SEFA), à travers une exposition et des rencontres B to B entre les porteurs de projet et les institutions d’appui financier et non financier ; de la nuit du mérite qui permettra de rendre hommage et de récompenser les acteurs les plus méritants des secteurs privé et public.

IMG_9769

Selon le ministre de l’énergie, Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, parrain de la présente édition, ce thème vient à point nommé dans un contexte où le Burkina Faso a le KWh le plus cher de la sous-région alors qu’il a un potentiel en termes d’énergie solaire. Il a donc lancé un appel aux porteurs de projets, afin de réduire ce déficit énergétique dont souffre le Pays. Quant au patron de la cérémonie, le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, «Le rythme de création de nouvelles entreprises s’est accéléré, passant de 2581 en 2006 à 12609 en 2017. Ces chiffres ne doivent pas occultés les difficultés auxquelles font face les entrepreneurs dans leurs parcours.» En effet, les pesanteurs socioculturelles, le faible niveau de qualification des ressources humaines, les faibles capacités financières demeurent les contraintes réelles pour les nouvelles entreprises. Les jeunes devraient être pour chaque entreprise une belle opportunité pour trouver une réponse à toutes ces préoccupations, a-t-il ajouté.

Les journées de l’entreprenariat burkinabè sont une initiative de la maison de l’entreprise qui contribue à l’atteinte des objectifs du plan national de développement économique et social.

 

Sombéwendin Micheline Nanéma

Ecodufaso.com/Ecodafrik.com

Annonce publicitaire
Lecture en continue
 

 

slide

NEWSLETTER

Recevez gratuitement notre newsletter

récents articles